POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

comité national du csv

Frank Engel a «présenté des excuses»



Frank Engel s’expliquera ce matin à la radio sur le spectacle dissonant donné par son parti ces derniers jours. (Photo: Matic Zorman/archives/Maison Moderne)

Frank Engel s’expliquera ce matin à la radio sur le spectacle dissonant donné par son parti ces derniers jours. (Photo: Matic Zorman/archives/Maison Moderne)

Le président du CSV se serait excusé d’avoir livré des propositions sans consulter le parti. La réunion des cadres du parti organisée mardi soir se serait déroulée sans effusion majeure.

La réunion des 37 membres du comité national du CSV promettait d’être épique, houleuse, décisive alors que la polémique avait pris le temps de monter durant le week-end. Thème principal du jour: les déclarations du président Frank Engel dans une interview accordée à Reporter concernant la justice fiscale et sa prise de position en faveur de la réintroduction de l’impôt sur la fortune, de la création d’une taxe sur les transactions financières voire d’une réforme de l’imposition sur la succession en ligne directe.

Il s’agissait là d’une surprenante volte-face avec les positions historiques du parti, en contradiction avec le récent programme électoral de 2018. Et plusieurs députés n’avaient pas manqué de souligner ce faux pas. Un communiqué signé du parti – donc en théorie de Frank Engel lui-même… – avait même affirmé  se désolidariser des propos de l’ancien député européen.

Frank Engel se verrait-il forcé de poser sa démission, comme l’y enjoignait un éditorial du Wort? Ou le parti allait-il aplanir les choses et sortir uni comme jamais de l’ornière?

Entamée à 18h, la réunion a duré trois heures et s’est achevée sur un mot d’ordre bien respecté: motus et bouche cousue, c’est Frank Engel lui-même qui communiquera sur le contenu de la longue vidéoconférence. Le président du CSV s’est exprimé ce mercredi matin sur Radio 100,7 puis sur RTL Radio Lëtzebuerg.

Le Quotidien indique toutefois que la réunion «s’est déroulée sans coup de gueule majeur», chacun des 37 membres du comité étant invité à présenter son point de vue. «Il a compris que sa façon d’agir était malheureuse», indique une source citée par le quotidien d’Esch-sur-Alzette, «il a présenté des excuses». Et le parti a retenu la leçon d’une communication interne déficiente. Reste à voir si M. Engel saura s’y tenir.