PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Private Equity

Les investisseurs en quête de rendement

Les fonds alternatifs face à leur succès



Arnaud Bon, associé-conseil en gestion des investissements alternatifs chez Deloitte Luxembourg, affirme que la demande des particuliers fortunés pour des investissements alternatifs doit être satisfaite par un traitement plus rapide. (Photo: Deloitte – Illustration: Maison Moderne)

Arnaud Bon, associé-conseil en gestion des investissements alternatifs chez Deloitte Luxembourg, affirme que la demande des particuliers fortunés pour des investissements alternatifs doit être satisfaite par un traitement plus rapide. (Photo: Deloitte – Illustration: Maison Moderne)

Le nombre des petits investisseurs se tournant vers les investissements alternatifs va exploser. Le marché devra de toute urgence mettre à niveau ses process afin de pouvoir pleinement saisir ce potentiel.

Les produits alternatifs – c’est-à-dire la dette privée, l’immobilier, les infrastructures, le capital-investissement et le capital-risque – ont toujours attiré les grands investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension et les fonds souverains. Cependant, les investisseurs particuliers s’aventurent peu à peu dans ce domaine à la recherche du Saint-Graal de l’investissement: le rendement.

Pour Arnaud Bon, associé chez Deloitte, les placements alternatifs offrent une combinaison optimale de performance à long terme et de décorrélation avec les marchés boursiers. Ils offrent aussi une composante psychologique importante: l’implication. «Un investisseur en actions n’a pas le sentiment d’avoir un impact sur les sociétés dans lesquelles il détient des titres. L’investissement alternatif vous donne le ressenti d’être impliqué», déclare-t-il en faisant référence aux investissements de dettes privées dans les petites entreprises et au capital-investissement. Cette approche de plus en plus consciente de l’investissement fait partie d’une tendance plus large et se reflète bien dans la croissance de la demande d’investissements ESG.

Ces affirmations sont par ailleurs étayées. Le rendement du crédit privé, selon les analystes de S&P Global, a atteint 100 points de base de plus que les prêts syndiqués en 2020, et les buy-outs européens, le plus grand segment du capital-investissement étudié par l’association européenne de capital-investissement Invest Europe dans son rapport Benchmark 2020, ont délivré un rendement annualisé de 15,06% depuis leur création jusqu’à fin 2020, contre 5,48% pour l’indice MSCI Europe sur la même période.

Cependant, ces fonds ne sont pas aussi faciles d’accès pour les investisseurs particuliers avertis que ceux du marché public. «Il y a une énorme demande de la part des particuliers fortunés (définis au sens large comme ceux qui ont plus d’un million de dollars d’actifs investis) pour des investissements alternatifs, mais l’offre ne peut pas répondre à la demande et les deux parties sont très frustrées.»

Un plus grand nombre d’investisseurs individuels

Selon Leon Volchyok, directeur général en charge de l’immobilier chez la société d’investissement Blackstone, les HNWI représentent une opportunité d’investissement «gargantuesque». «Nous estimons que les HNWI représentent un marché de 80.000 milliards de dollars, mais seulement une fraction de ce montant est actuellement investi dans l’espace alternatif.»

Leon Volchyok, directeur général en charge de l’immobilier chez Blackstone Group. (Photo: Blackstone Group)

Leon Volchyok, directeur général en charge de l’immobilier chez Blackstone Group. (Photo: Blackstone Group)

L’Europe s’est empressée de saisir cette opportunité d’investissement en utilisant l’European long-term investment fund (ELTIF), une structure qui permet aux investisseurs professionnels et aux particuliers de l’Union européenne d’investir dans des entreprises et des projets illiquides autrefois réservés aux investisseurs institutionnels.

Mais une telle réglementation de soutien ne relève qu’une partie du défi. Selon les acteurs du marché, les fonds d’investissement alternatifs et leurs prestataires de services vont devoir revoir des procédures opérationnelles obsolètes pour avoir un quelconque espoir d’attirer et de satisfaire ce nouveau groupe d’investisseurs.

Arnaud Bon explique: «lLe marché des fonds alternatifs attire généralement des investisseurs institutionnels importants, capables d’investir des dizaines de millions et de les immobiliser pendant au moins cinq ans ou plus. Les défis que représente le traitement de 15 à 20 investisseurs institutionnels sont très différents de ceux de centaines ou de milliers de HNWI».

Les processus de connaissance du client (KYC) et les processus de lutte contre le blanchiment d’argent (AML), en particulier, sont plus exigeants lorsqu’ils sont appliqués à une base d’investisseurs plus grande et plus diverse.

Étoffer les équipes de back-office n’est pas la solution. «Il y a déjà des problèmes pour attirer les talents au Luxembourg et, de toute façon, le besoin potentiel est plus grand que le nombre de personnes que le marché est capable de recruter», déclare Arnaud Bon. Mais quelques solutions sont en préparation.

Véhicules d’alimentation en actifs alternatifs

La taille du marché HNWI au Luxembourg n’est pas définie, mais les clients de la banque privée constituent une estimation raisonnable de la taille potentielle de ce marché. Selon Luxembourg for Finance, le marché luxembourgeois de la banque privée compte 466 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

«Alors que la collecte de fonds pour les investisseurs institutionnels était généralement un exercice individuel, nous voyons des gestionnaires de patrimoine avec des clients de la banque privée s’associer à des gestionnaires de fonds et mettre en place un véhicule d’alimentation en actifs alternatifs.» Ces véhicules peuvent accueillir 70 à 80 investisseurs fortunés, ce qui réduit considérablement les difficultés de traitement pour les gestionnaires de fonds alternatifs.

«Le nombre d’investisseurs par fonds nourricier ne cesse de croître», déclare Peter Wilson, directeur général de Scaling Funds, un fournisseur de technologie pour le secteur des fonds alternatifs qui utilise la technologie DLT (Distributed Ledger Technology) pour rationaliser les processus opérationnels des fonds d’investissement alternatifs. «Historiquement, 99% des fonds d’investissement alternatifs étaient détenus par des investisseurs institutionnels, tels que les fonds de pension et les family offices, mais, aujourd’hui, vous voyez de nombreux investisseurs individuels disposant de plus d’un million d’euros de liquidités investir via des fonds nourriciers dans des fonds d’investissement alternatifs.»

Les banques privées voient maintenant l’opportunité des fonds nourriciers pour offrir à leurs clients une exposition aux actifs alternatifs. Certaines vont même jusqu’à créer leurs propres structures de fonds nourriciers, déclare Peter Wilson. «C’est un processus plus fluide et plus rapide à mettre sur le marché.»

En dehors des banques privées, des start-up ont également saisi les opportunités offertes par les fonds nourriciers.

Moonfare, une plateforme de gestion de fonds basée en Allemagne, canalise les engagements des investisseurs privés vers le capital-investissement par le biais de ses fonds nourriciers basés au Luxembourg. Le regroupement d’investisseurs individuels dans un véhicule nourricier permet de réduire considérablement les coûts d’exploitation et de négociation. Un portefeuille plus important permet également de réaliser des économies d’échelle qui peuvent se traduire par de meilleures options en termes de services et de prime brokers.

Dans le cas de Moonfare, les engagements des investisseurs individuels peuvent commencer à partir de 100.000 euros selon le site web de la plateforme.

Fiabilité des valorisations

Bien que les fonds nourriciers contribuent dans une certaine mesure à consolider la base d’investisseurs, il reste un autre problème selon Arnaud Bon: les délais d’évaluation. «L’évaluation des actifs est toujours un grand problème dans les investissements alternatifs, car il n’y a pas de marché pour évaluer les actifs. Vous ne pouvez réaliser la valeur que lorsque vous vendez.»

Dans un fonds fermé, le problème est moins important, car les investisseurs n’entrent pas en jeu pendant toute la durée de vie du fonds. Mais pour un fonds ouvert, qui est une structure de plus en plus populaire pour la dette privée, la souscription et le rachat par les investisseurs nécessitent une évaluation continue des actifs.

Pour le gestionnaire de fonds, l’évaluation est soit réalisée en interne, soit déléguée à un évaluateur externe. Il s’agit d’un processus qui prend du temps, nécessitant une méthodologie et une modélisation des données. Le processus est soumis à un examen indépendant préparé par le gestionnaire du fonds ou par un tiers pour s’assurer qu’il se situe dans une fourchette acceptable.

Pour l’administrateur du fonds, des procédures administratives et comptables doivent être mises en place, ainsi que des procédures correctives en cas d’évaluation incorrecte. Les prestataires de services tels que les banques dépositaires doivent connaître les méthodes d’évaluation et effectuer leurs propres examens périodiques.

Au total, le délai d’évaluation dans le domaine des actifs alternatifs peut être d’au moins deux mois selon Arnaud Bon. Si l’on ajoute à cela les achats et les ventes d’un plus grand nombre d’investisseurs individuels, la pression opérationnelle est encore plus forte. «Il y a beaucoup à faire pour rationaliser l’évaluation des actifs alternatifs.»

L’option DLT

Certaines technologies proposent de soulager la charge opérationnelle des gestionnaires d’investissements alternatifs. L’une d’entre elles est la DLT.

«Elle réduit la charge de traitement en l’automatisant via le recours à un registre décentralisé.» Pour les services financiers, cela signifie notamment que les entreprises peuvent fonctionner plus efficacement, car les processus internes sont simplifiés, les cas d’arbitrage intra-système sont minimisés et la vérification des transactions et donc des actifs devient beaucoup plus facile.

Scaling Funds est l’un de ces fournisseurs de services d’actifs qui proposent une technologie permettant la mise en place d’un registre numérique des actionnaires. Le logiciel permet une levée de capitaux plus rapide et plus efficace, ainsi que des capacités d’administration de fonds rationalisées.

«La technologie DLT permet également la tokénisation des parts de fonds, ce qui facilite grandement le négoce secondaire des produits alternatifs», poursuit Arnaud Bon. Actuellement, toute négociation secondaire de produits alternatifs se fait de gré à gré, c’est-à-dire entre deux parties et non via une bourse centrale.

Selon Peter Wilson de Scaling Funds, la DLT permettra d’effectuer des transactions en temps réel sur le marché secondaire, sans avoir à recourir aux contreparties que sont les négociants et les courtiers dans une transaction classique de gré à gré.

Pour Martin Engdal, directeur commercial de Scaling Funds, les partenaires généraux des fonds d’investissement commencent à attendre davantage de l’administration des fonds. «Les études montrent qu’environ 50% des commanditaires changent d’administrateur de fonds lorsqu’ils changent de fonds en raison d’une insatisfaction quant au service fourni. Lorsque vous regardez le temps d’intégration – l’intégration moyenne pour une entité juridique est de 90-100 jours –, un administrateur de fonds qui peut offrir des solutions techniques, qui fournit des gains d’efficacité et augmente la satisfaction du client, a vraiment l’avantage.»

Le Luxembourg s’est, en général, montré accueillant envers la DLT dans les services financiers. Les lois dites «Blockchain» du 1er mars 2019 et du 22 janvier 2021 reconnaissent la DLT et son utilisation dans les services financiers.

En janvier 2022, le régulateur financier luxembourgeois CSSF a produit un livre blanc intitulé Distributed Ledger Technologies and Blockchain, technological risks and recommendations for the financial sector, afin de guider davantage le secteur sur l’utilisation de la DLT.

L’association luxembourgeoise des fonds d’investissement (Alfi) dispose de sept groupes de travail au sein de son forum numérique et fintech axé sur la numérisation de la chaîne de valeur de la gestion d’actifs.

«Nous trouvons que le Luxembourg est la juridiction la plus progressive dans la sphère DLT par rapport aux juridictions concurrentes», déclare Martin Engdal.

La réglementation doit suivre le rythme

Selon Leon Volchyok, le Luxembourg dispose d’un environnement réglementaire propice à l’accès des particuliers aux investissements alternatifs. Toutefois, cela ne se traduit pas nécessairement dans le reste de l’Europe. «Le Luxembourg dispose d’une excellente structure, d’une surveillance réglementaire, d’un reporting renforcé. Maintenant, extrapolons cela au reste de l’Europe.»

L’Europe commence à simplifier l’accès aux fonds alternatifs par le biais de l’ELTIF, une structure et une réglementation destinées aux gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs qui souhaitent offrir des opportunités d’investissement à long terme aux investisseurs institutionnels et privés.

Le véhicule a fait l’objet de diverses révisions depuis 2015, dont la dernière en 2021, afin d’améliorer sa flexibilité en termes d’actifs éligibles, de composition du portefeuille, de distribution et d’autorisation.

Cependant, certains éléments de l’ELTIF doivent encore être retouchés. «La structure de l’ELTIF ne s’applique qu’aux fonds fermés, ce qui ne fonctionne pas bien pour les investisseurs individuels qui ont besoin de certaines caractéristiques de liquidité, et ses exigences en matière de levier sont fixées à un niveau bas, ce qui ne convient pas à l’immobilier stabilisé.»

Un certain nombre de fonds alternatifs dans les domaines du capital-investissement, des infrastructures et de la dette s’aventurent dans de nouveaux produits qui peuvent offrir la liquidité souhaitée par les petits investisseurs, déclare Arnaud Bon. Des produits comme un fonds de fonds alternatifs, diversifié par millésime, signifient que le rachat du fonds crée de la liquidité à partir d’un pool d’actifs illiquides au fil du temps.

Pour les actifs qui génèrent des revenus, tels que les infrastructures ou l’immobilier, il existe un moyen de faire correspondre les besoins en liquidités aux flux entrants prévus. Toutefois, Arnaud Bon concède que «ce n’est pas une science exacte. Il n’y a pas nécessairement les données profondes pour modéliser cela».

Un troisième modèle est celui des fonds alternatifs cotés. Cependant, le processus de cotation est lourd et les obligations de déclaration, comme le prix d’acquisition, ne conviennent pas nécessairement au marché alternatif.

Par conséquent, la plupart des gestionnaires mondiaux lancent des fonds ouverts ou des véhicules nourriciers pour collecter de nouveaux investisseurs.

«La plupart des investisseurs individuels préfèrent ne pas avoir d’appels de capitaux. Ils veulent que l’investissement soit entièrement financé afin de pouvoir investir leur argent immédiatement», déclare Leon Volchyok. «Nous savons ce qu’un investisseur individuel attend d’une allocation alternative. Nous avons juste besoin de la réglementation pour le soutenir à travers les marchés en Europe.»

Comme Arnaud Bon, Leon Volchyok pense que le processus de souscription et d’opérations pour les investisseurs dans les fonds alternatifs doit être rationalisé. Cependant, les gains opérationnels ne peuvent à eux seuls résoudre les problèmes de réglementation. «Les véritables obstacles à l’investissement alternatif sont la réglementation», estime Arnaud Bon. «La refonte d’ELTIF pourrait être le véritable accélérateur.»

Cet article a été écrit pour Delano , traduit et édité pour Paperjam.