POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

820 montres qui interpellent

Flavio Becca à la barre pour remettre les pendules à l’heure



Lors d’une perquisition à son domicile en 2011, les policiers avaient saisi une impressionnante collection de montres, toutes emballées. (Photo: Anthony Dehez / Archives Maison moderne)

Lors d’une perquisition à son domicile en 2011, les policiers avaient saisi une impressionnante collection de montres, toutes emballées. (Photo: Anthony Dehez / Archives Maison moderne)

L’homme d’affaires Flavio Becca est attendu au tribunal, ce mardi matin, pour s’expliquer au sujet des 820 montres «de luxe» saisies lors d’une perquisition à son domicile en 2011. Remettra-t-il les pendules à l’heure à ceux qui évoquent des objets utiles à corrompre?

Le temps passe-t-il plus vite ou moins vite pour qui collectionne les montres? Neuf ans après la perquisition de son domicile, dans un contexte de bras de fer entre promoteurs immobiliers, Flavio Becca devra répondre de la présence, à son domicile, ce jour de septembre 2011, de 820 montres «de luxe», dans leur emballage d’origine, pour une valeur estimée à 18 millions d’euros.

L’entrepreneur a «échappé» à la motivation de corruption et devra répondre aux soupçons d’abus de biens sociaux et de blanchiment, via quelques-unes des sociétés qu’il contrôlait alors, Brill sàrl, Résidence Leonardo da Vinci sàrl, Grossfeld SA et Grossfeld 2 SA. Fusion, scission, radiation: toutes ces sociétés ont aujourd’hui disparu, comme Immo De Verband, Promobe SA, Pourpelt, K-Development ou Wimafel, toutes imbriquées les unes dans les autres.

Ne restent que les montres. Présumé innocent, dès l’annonce, par RTL, que la Cour de cassation avait rejeté tous ses pourvois , il avait demandé à son avocat, Maître André Lutgen, de se fendre d’un communiqué comme une menace adressée à ceux qui mettraient le mot «corruption» dans un article sur les montres.

La possession de montres de luxe, écrivait son avocat, «représentait des investissements réalisés dans l’intérêt du groupe et leur qualification est dès lors formellement contestée».

Selon ce communiqué, «le procureur général Robert Biever a ainsi pu retenir, dans son courrier adressé à la Chambre des députés en date du 9 juillet 2012 p.3: ‘À aucun moment des indices concrets de corruption n’ont été évoqués dans le débat public. L’enquête préliminaire n’a pas davantage mis en lumière une indication permettant de conclure à l’existence d’un tel indice.’»

Alors quoi, un besoin compulsif d’être sûr d’être à l’heure à ses rendez-vous d’affaires? Des placements de bon père de famille déjà doté d’un solide patrimoine immobilier?

Dès 2012, Flavio Becca et son père Aldo mettaient la main sur deux marques de montres nées dans la région de Florence en 1997 et fabriquées en Suisse, Anonimo et Vulcain. Des «garde-temps» plus précisément, pour attaquer un marché entre les célèbres montres de luxe et les montres jetables. Des garde-temps à 2.000 ou 3.000 euros.

Ceux qui en parlent le mieux sont ceux qui ont participé à leur mise en valeur dans le fantastique écrin des Becca en Ombrie. À Castello di Gallano, le village, qui devait être rasé, a été rénové par les entrepreneurs, père et fils. Au menu des réjouissances, de la gastronomie italienne accompagnée des vins de Perticaia, domaine viticole qui appartient également aux deux hommes , tout comme un restaurant ou une station de radio, qui diffuse les meilleurs tubes italiens de tous les temps.

À en lire le très bien écrit compte rendu de Watchonista , on comprend que là-bas… le temps s’est arrêté.