PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fintech

#FAL2019

Les fintech et leurs Awards, vus par «G»



248197.jpg

La communication et le storytelling sont clés pour les fintech, assure Ghela Boskovich, membre du jury des Fintech Awards Luxembourg 2019. (Photo: Lala La Photo / archives)

Jour J pour les 4Fintech Awards Luxembourg. Ghela Boskovich, alias «G», est de retour en tant que membre du jury qui devra notamment désigner la «Fintech Startup of the Year». Impressions à quelques heures des pitches des 10 finalistes.

«G» comme Ghela. Ou comme gourou. Figure de la scène fintech à l’international, Ghela Boskovich intervient régulièrement dans différentes conférences, notamment au Luxembourg où elle a aussi déjà officié comme juré des Fintech Awards organisés par KPMG et la Lhoft.

À quelques heures de la grande finale du concours 2019 , celle qui occupe le poste de head of fintech/regtech partnerships au sein de la société de conseil en innovation Rainmaking Innovation partage ses impressions sur les fintech et leurs awards.

Qu’est-ce qu’une «bonne» fintech?

Ghela Boskovich. - «Pour faire une bonne fintech, il faut tout d’abord proposer une solution concrète à un problème. Mais cette solution devra aussi être réaliste et pouvoir être reproduite à une certaine échelle. J’ajoute que la solution ou le produit doit répondre au marché.

Faut-il aborder le marché avec un certain état d’esprit?

«Il faut l’aborder avec une perspective nouvelle, tout en connaissant les fondements du secteur financier. Au-delà de l’état d’esprit, il est primordial que les entrepreneurs fintech puissent formuler leur proposition de valeur et leur message d’une façon compréhensible à leur audience. La bonne communication et le storytelling sur la valeur ajoutée qu’ils peuvent apporter sont clés.

Comment se préparer à cet exercice particulier qu’est le pitch?

«Le ‘quoi’ et le ‘pourquoi’ sont plus importants que le ‘comment’. Beaucoup de pitches détaillent comment les solutions aux problèmes sont apportées, sans expliquer ce qui est proposé – le ‘quoi’ – ni la raison, le ‘pourquoi’ un jury ou des investisseurs potentiels doivent vous prêter attention.

Un de vos sujets de prédilection est la diversité dans les fintech. Le sujet évolue-t-il, selon vous?

«Il reste un chantier important. Seuls 12% des CEO de fintech sont des femmes. Le progrès est en marche, la prise de conscience aussi, mais il reste beaucoup de confusion sur la manière d’apporter des changements en faveur de la diversité au sens large. Car la question du genre n’est qu’une partie de la problématique qui touche aussi les orientations sexuelles, le handicap ou encore le brassage des parcours éducatifs.

Qu’attendez-vous des Fintech Awards Luxembourg, cette année?

«Je pense que les regtech deviennent cruciales dans le monde que nous connaissons, avec le besoin de supporter les régulateurs ainsi que les entreprises dans leur compliance. Les solutions proposées par les regtech renforceront les acteurs de la finance dans leur préparation à une éventuelle prochaine crise financière. Je suis donc très curieuse de découvrir les solutions des finalistes.

Quels sont les atouts du Luxembourg en tant que «hub» fintech?

«Le Luxembourg occupe une place importante pour les regtech en raison du nombre important d’acteurs financiers en charge de la compliance au sein de leur groupe et qui y sont basés. C’est un marché porteur pour elles.

Le fait que la CSSF se montre ouverte à l’égard de l’innovation et des fintech place le Luxembourg parmi les rares pays dont le régulateur est positionné de la sorte. En ajoutant le soutien du gouvernement, l’accès au financement et la taille compacte de l’écosystème, le pays dispose d’une position et d’un atout compétitifs.»

Les autres membres du jury des Fintech Awards Luxembourg 2019 sont:

- Pascal Denis (président du jury), head of advisory, KPMG Luxembourg;

- Cristina Ferreira, head of regulatory solutions & innovation, State Street;

- Luc Frieden , avocat et ancien ministre des Finances du Luxembourg;

- Pedro Penedo, partner, KPMG Portugal, member of the Global Lighthouse Leadership Team;

- Nasir Zubairi , CEO, Lhoft;

- Frederic Becker, fintech advisor, ministère de l’Économie.