PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Les personnalités de la Place verte (5/10)

«La finance durable va changer la manière de travailler»



Pour Julien Ganter (KPMG), «on peut réellement avoir un impact significatif pour faire changer les choses dans le domaine du crédit, c’est-à-dire dans la manière dont un crédit est octroyé». (Photo: KPMG Luxembourg)

Pour Julien Ganter (KPMG), «on peut réellement avoir un impact significatif pour faire changer les choses dans le domaine du crédit, c’est-à-dire dans la manière dont un crédit est octroyé». (Photo: KPMG Luxembourg)

De nombreuses personnalités agissent au sein de la place financière sur les problématiques ayant trait à la finance durable. Cette semaine, Julien Ganter, partner, head of sustainable finance chez KPMG Luxembourg, nous fait part des convictions qui l’animent.

Quel a été le déclic qui vous a poussé à travailler dans le domaine de la finance durable?

Julien Ganter. – «Le déclic est avant tout venu d’une rencontre humaine lors d’une présentation dirigée par mes collègues en interne sur les réglementations ESG (environnement, social, gouvernance) et sur l’importance et le potentiel que ce sujet aura pour le secteur financier.

Je parle ici de l’année 2017. Je me suis rendu compte d’un point de vue professionnel que la finance durable aurait un impact important sur notre travail de tous les jours.

Je suis plutôt à la base un expert en modèles opérationnels, donc, d’une certaine manière, pas tout à fait dans les thématiques durables. Néanmoins, la finance durable est appelée à s’intégrer également dans les processus opérationnels et cela changera la manière de travailler, la manière d’aborder les risques et d’établir les crédits.

Parallèlement, d’un point de vue personnel, j’ai eu un déclic lorsque j’ai eu des enfants. Avec mon épouse, nous avons alors décidé de repenser la manière dont nous allions vivre en nous posant la question ‘quel monde souhaitons-nous laisser à nos enfants?’.

Si l’on veut construire une gestion de portefeuille avisée et saine, qui prenne en compte les facteurs externes, on est obligé de se consacrer aux thématiques ESG.
Julien Ganter

Julien Ganter,  partner, head of sustainable finance ,  KPMG Luxembourg

Quelles sont vos convictions en matière de finance durable?

«Je suis profondément convaincu que la finance durable deviendra à terme un type de finance tout à fait courant, au même titre que la finance traditionnelle.

Au vu des problématiques sociales, environnementales et sanitaires ou de gouvernance qui s’accumulent depuis ces derniers mois, force est de constater que ces phénomènes ont un impact durable sur la société et devront être traités de manière durable. On ne pourra plus les ignorer.

Ce qui paraissait de la fiction il y a quelques mois peut rapidement devenir la réalité et nous devons nous y préparer, car tout est lié!

Si l’on veut construire une gestion de portefeuille avisée et saine, qui prenne en compte les facteurs externes, on est obligé de se consacrer aux thématiques ESG.

Quel est votre thème de travail de prédilection, ou votre thème de «combat» favori?

«Je crois que l’on peut réellement avoir un impact significatif pour faire changer les choses dans le domaine du crédit, c’est-à-dire dans la manière dont un crédit est octroyé , dont on évalue la nature du projet qui va être financé.

Ce levier permettrait de toucher directement un spectre très large: les institutionnels et les particuliers. Cela permettra également d’avoir une influence sur nos comportements, car c’est bien ce point qui doit changer.

D’un point de vue personnel, je souhaite diriger mon énergie vers la protection des animaux sauvages, et j’ai plus particulièrement une passion pour les grands mammifères.

Une personnalité qui vous inspire au quotidien?

«Clairement mes équipes! Je n’ai pas vraiment besoin d’idoles, mais les personnes qui m’inspirent le plus sont les équipes qui travaillent sur les sujets ESG chez KPMG, nos clients ou nos concurrents.

À l’instar d’autres domaines de la finance, c’est un sujet fédérateur – les personnes qui travaillent dans cette matière ont la capacité de s’affranchir des limites habituelles, car ils arrivent à les dépasser (même entre compétiteurs), afin d’atteindre un objectif commun.

Au niveau personnel, je prônerais plutôt un désinvestissement durable!
Julien Ganter

Julien Ganter,  partner, head of sustainable finance,  KPMG Luxembourg

Un investissement «durable» à recommander?

«Difficile de recommander l’un ou l’autre investissement… Ma suggestion (et mon rêve) serait plutôt que tout le monde prenne conscience qu’en tant qu’investisseur (société ou particulier), on a un impact significatif à être un investisseur responsable qui adapte son portefeuille.

Au niveau personnel, je prônerais plutôt un désinvestissement durable!

Que chacun d’entre nous se pose les bonnes questions: ai-je vraiment besoin de cette deuxième voiture? N’y a-t-il pas quelque chose que je peux faire à mon niveau pour mieux consommer, moins voyager? Je pense qu’un vrai impact serait concrètement visible si l’on faisait un effort sur le transport.»