POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Technologie

La Fedil-ICT dissoute



Gérard Hoffmann et la Fedil-ICT ont fait don de 15.000 euros prélevés sur le solde de liquidation à Claudio Mourato et au Code Club Luxembourg, une association œuvrant pour la promotion de l’ICT auprès des jeunes. (Photo: Fedil)

Gérard Hoffmann et la Fedil-ICT ont fait don de 15.000 euros prélevés sur le solde de liquidation à Claudio Mourato et au Code Club Luxembourg, une association œuvrant pour la promotion de l’ICT auprès des jeunes. (Photo: Fedil)

La digitalisation s’accélère au point que la Fedil en a fait un sujet majeur. Du coup, la Fedil-ICT a été dissoute, et ses activités, reprises par la Fedil et la CCEL.

Groupe de travail sur les sujets technologiques né en 2014, l’association Fedil-ICT a été dissoute à l’occasion de son assemblée générale.

La Fedil a placé le digital au cœur de ses priorités, et, dans un souci de simplification des structures, les membres de l’association ont été invités à rejoindre les projets de la Fédération des industriels ou ceux de la Cloud Community Europe-Luxembourg.

Dans ce cadre, l’association a décidé de donner ses 15.000 euros de réserve au Code Club Luxembourg, qui va créer une Code Club Academy pour continuer à partager ces connaissances très spécifiques, a indiqué son président, Claudio Mourato.

«En ce moment de crise du pays, le secteur ICT de la Fedil souhaite marquer l’importance du digital pour la jeunesse par ce don au Code Club Luxembourg, qui s’efforce d’éveiller l’intérêt pour le numérique dès le plus jeune âge», dit Gérard Hoffmann , président de la Fedil-ICT. Avec ses collègues du conseil sortant de la Fedil-ICT, Yves Elsen et Georges Kioes, il continuera de représenter le secteur au conseil d’administration de la Fedil, qui, pour le volet digital, s’est assuré la guidance de l’avocat et ancien ministre des Télécommunications et des Médias  Jean-Louis Schiltz , en qualité de vice-président.

«Cloud Community Europe-Luxembourg poursuivra les travaux de la Fedil-ICT relatifs au cloud, qui est aujourd’hui la technologie centrale au cœur de quasiment toute l’évolution digitale», a commenté le président de la CCEL, Yves Reding. Le CEO d’EBRC a invité à rejoindre le projet franco-allemand de cloud souverain européen Gaia-X.