ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Guerre des talents

Face à Meta, Apple sort son chéquier



Deux mois après le lancement de Meta, Mark Zuckerberg a déjà débauché une centaine d’ingénieurs de premier plan d’Apple.  (Photo: Meta)

Deux mois après le lancement de Meta, Mark Zuckerberg a déjà débauché une centaine d’ingénieurs de premier plan d’Apple.  (Photo: Meta)

Deux mois après le lancement de Meta, le groupe de Mark Zuckerberg a déjà débauché 100 ingénieurs de premier plan d’Apple, obligeant l’autre géant à sortir son carnet de chèques pour offrir des bonus allant jusqu’à 180.000 dollars. La guerre des talents.

L’affaire pourrait ne pas beaucoup intéresser les Européens si Mark Zuckerberg n’avait pas promis, mi-octobre, de recruter 10.000 personnes d’ici cinq ans en Europe pour construire son «metaverse»: sous couvert d’anonymat, quelques ingénieurs stars d’Apple ont confirmé avoir reçu un bonus exceptionnel d’Apple pouvant aller jusqu’à 180.000 dollars dans une sorte de pack de rétention.

La marque à la pomme ne pouvait plus ignorer le fait qu’une centaine de ses ingénieurs a déjà quitté son navire pour rejoindre Meta.

Le bonus qui s’ajoute aux rémunérations «classiques» est en partie en actions, ce qui pourrait encore coûter plus cher à Apple, dont le cours a augmenté de 36% cette année pour approcher une capitalisation boursière de 3.000 milliards de dollars.

Sont particulièrement recherchés les talents en ingénierie des divisions de réalité augmentée, d’intelligence artificielle, d’ingénierie logicielle et matérielle, qui, à la différence des employés tenus de venir trois ou quatre fois au bureau chaque semaine, peuvent se «contenter» de se connecter quatre ou cinq fois par semaine.

Mi-décembre, Mark Zuckerberg n’avait laissé aucun doute sur son appétit en Asie et particulièrement en Inde. Lors de l’événement Fuel for India 2021, il a fait du pays le futur vivier de développeurs de la planète.

«Je suis vraiment enthousiasmé par le rôle que l’Inde jouera dans la construction de cet avenir. Le vivier de talents de l’Inde – les ingénieurs, les développeurs et les créateurs, et l’ensemble de l’écosystème dynamique de start-up – joue un rôle énorme dans la construction de l’avenir. L’Inde est sur la bonne voie pour avoir la plus grande base mondiale de développeurs d’applications d’ici 2024 et possède déjà l’une des plus grandes communautés de développeurs Spark AR», a déclaré M. Zuckerberg, cité par Business Insider.

Et l’Europe ne sera pas «épargnée». Au lancement de Meta et du «metaverse», le groupe avait indiqué vouloir recruter 10.000 personnes d’ici cinq ans.

«Nous pensons depuis longtemps que le talent européen est leader mondial, c’est pourquoi nous y avons investi autant au fil des ans, du financement de subventions à l’Université technique de Munich à l’ouverture de notre premier grand laboratoire de recherche européen en IA et programme d’accélérateur Fair, en France, et Facebook Reality Labs, à Cork, en Irlande», avaient dit Nick Clegg, vice-président des affaires mondiales, et Javier Olivan, vice-président des produits centraux de Meta.