PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Stéphane Lago (AXA Investment Managers)

«Une exposition directe à l’économie verte»



281228.jpg

Stéphane Lago: «Nous avons mis en place une politique de risques climatiques au sein d’AXA IM qui recommande de ne pas investir dans les entreprises les plus exposées aux activités liées au charbon et aux sables bitumineux.» (Photo: AXA Investment Managers)

En vue du 10x6 Keytrade: 10 fonds d’investissement, 10 stratégies, organisé par le Paperjam Club le mercredi 27 novembre, l’un des orateurs, Stéphane Lago, spécialiste investissement actions thématiques chez AXA Investment Managers, expose sa vision des marchés financiers.

Pouvez-vous, en quelques mots, vous présenter en tant qu’émetteur de fonds? Quelles sont vos spécificités (taille, spécialisation, histoire…) par rapport aux autres acteurs du marché?

Stéphane Lago. – «AXA Investment Managers (AXA IM) est un investisseur global avec environ 757 milliards d’euros d’actifs sous gestion. AXA IM dispose d’une forte légitimité dans la gestion de thématique environnementale, est un pionnier et acteur innovant dans l’Investissement Responsable avec plus de 20 ans d’expérience et près de 95% des encours intégrant des critères ESG (= Environnement, Sociaux, Gouvernance).

La stratégie ‘AXA WF Framlington Clean Economy’ investit dans des actions d’entreprises mondiales présentes dans le domaine de l’économie verte qui développent des activités contribuant à la transition énergétique et à l’optimisation des ressources (domaines tels que le transport durable, les énergies renouvelables, l’agriculture responsable, le recyclage et la réduction des déchets…). La stratégie est gérée au sein de la plate-forme actions Framlington d’AXA IM. Cette plate-forme compte 48 gérants analystes qui s’appuient sur une équipe interne Investissement Responsable de 15 professionnels.

Quel est l’engagement de votre société au niveau social/environnemental?

«Aujourd’hui, notre politique en matière de changement climatique est pleinement alignée sur le cadre proposé par la TCFD (Task Force on Climate-related Financial Disclosures). Sur le risque climat, outre notre capacité à mesurer l’empreinte carbone et la contribution à la transition énergétique, nous évaluons également le profil de nos investissements face aux évolutions climatiques.

Suivant les régions où elles sont implantées, certaines entreprises peuvent aussi être exposées à des risques tels que la montée des eaux, la sécheresse, la fonte des glaces ou des précipitations intenses.
Stéphane Lago

Stéphane Lago,  spécialiste investissement actions thématiques,  AXA Investment Managers

Il s’agit de quantifier les risques règlementaires et technologiques accélérés dans le contexte post-COP21 en commençant par les secteurs les plus à risque (électricité, entreprises extractives de combustibles fossiles et secteur des transports), mais aussi d’autres risques, notamment ceux liés aux changements de conditions météorologiques ou à la raréfaction des ressources naturelles. En effet, suivant les régions où elles sont implantées, certaines entreprises peuvent aussi être exposées à des risques tels que la montée des eaux, la sécheresse, la fonte des glaces ou des précipitations intenses.

Nous avons mis en place une politique de risques climatiques au sein d’AXA IM qui recommande de ne pas investir dans les entreprises les plus exposées aux activités liées au charbon et aux sables bitumineux. La politique d’exclusion s’applique aux entreprises qui produisent de l’électricité à partir du charbon, au secteur de l’extraction minière pour les activités liées au charbon et aux sociétés minières et de transport d’hydrocarbures pour les activités liées aux sables bitumineux.

Nous avons particulièrement renforcé nos activités d’engagement relatives à l’atténuation du changement climatique.
Stéphane Lago

Stéphane Lago,  spécialiste investissement actions thématiques,  AXA Investment Managers

Enfin, nous maintenons sur ces sujets un dialogue actif avec les entreprises et les régulateurs. Au cours des dernières années, nous avons particulièrement renforcé nos activités d’engagement relatives à l’atténuation du changement climatique. Nous pensons notamment que la nature systémique de ce risque doit conduire les investisseurs à exercer un pouvoir d’influence collectif afin d’accompagner les changements nécessaires.

Pourquoi votre société s’est-elle investie sur cette thématique en particulier?

«En marge de la COP21 et des récents développements réglementaires en France et dans le monde, nous avons décidé d’accélérer nos engagements sur les questions climatiques pour qu’elles soient explicites dans nos prises de décisions.

AXA IM est profondément soucieux de réduire les risques liés au climat et, en tant qu’investisseur de premier plan, nous avons un rôle-clé à jouer pour limiter le réchauffement de la planète. Par conséquent, nous estimons qu’il est de notre devoir de fournir l’expertise nécessaire pour aider nos clients à mieux comprendre le changement climatique et son impact sur leurs investissements, et à les aider à adapter leurs décisions d’allocation en conséquence. En tant que gérant actif, il est également de notre devoir de collaborer avec les entreprises pour les encourager non seulement à mieux prendre en compte l’environnement, mais également à mieux intégrer l’impact de leur activité pour la société dans son ensemble.

Quelle est votre stratégie en tant qu’émetteur de fonds pour répondre à cette problématique?

«Notre première stratégie Green Bond finançant des projets environnementaux a été lancée il y a plus de 3 ans. Plus récemment, nous avons lancé la stratégie Clean Economy qui permet aux investisseurs d’être exposés, via les actions cotées, à des thématiques vertes contemporaines telles que le transport soutenable, les innovations agritech, le traitement de l’eau, la production eco-friendly, les énergies renouvelables, les bâtiments verts, etc.).

La problématique environnementale crée donc des challenges, mais aussi des opportunités pour les investisseurs responsables.
Stéphane Lago

Stéphane Lago,  spécialiste investissement actions thématiques,  AXA Investment Managers

Ces deux stratégies offrent une exposition directe à l’économie verte et adressent plusieurs Objectifs de développement durable des Nations unies (ODD).

L’objectif de la stratégie Clean Economy est de réaliser une croissance du capital à long terme en investissant dans des sociétés cotées dont les activités participent au développement durable des ressources, soutiennent la transition énergétique (de la production et du stockage d’énergie fossile à la production et au stockage d’énergie sans carbone) ou traitent de la question de la pénurie d’eau et de nourriture. La stratégie intègre des critères financiers et extrafinanciers (ESG, empreinte carbone, utilisation de l’eau, ODD, etc.). Elle bénéficie du meilleur profil de score ESG de notre gamme de fonds actions et a obtenu le label ISR français en 2019.

Quelle est votre vision personnelle quant à la problématique environnementale/sociale?

«Les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. L’augmentation de la population et la hausse du niveau de vie à travers le monde poussent toujours plus haut la demande en énergie, transport, alimentation et eau.

La société prend cependant conscience de la pression exercée par ces différents facteurs sur des ressources naturelles limitées et de la nécessité de réduire urgemment les émissions de gaz à effet de serre. Cette prise de conscience est de plus en plus généralisée parmi les gouvernements et les entreprises, qui agissent en conséquence, conscientes que les consommateurs se préoccupent fortement des problèmes environnementaux liés au réchauffement climatique.

La problématique environnementale crée donc des challenges, mais aussi des opportunités pour les investisseurs responsables qui souhaitent supporter cette thématique de croissance durable et les entreprises qui accompagneront la transition énergétique.»

Vous pouvez vous inscrire au 10x6 Keytrade sur le  site du Paperjam Club .