PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Monnaie unique

L’euro a déjà 20 ans à son actif



Les prémices de l’euro remontent au Plan Werner, dès 1969. (Photo: Christophe Lemaire/Maison Moderne)

Les prémices de l’euro remontent au Plan Werner, dès 1969. (Photo: Christophe Lemaire/Maison Moderne)

L’euro a 20 ans depuis le 1er janvier 2022. Parti d’un consensus historique, il est devenu une nouvelle norme et compte aujourd’hui plus de 340 millions d’utilisateurs dans 19 pays.

Le 1er janvier 1999, 11 États membres de l’UE ont adopté l’euro comme monnaie unique. Il s’agissait au départ d’une monnaie électronique. Les billets et les pièces en euros ont été introduits seulement trois ans plus tard. Dans la nuit du 1er janvier 2002, à minuit exactement, les distributeurs automatiques puis les banques ont commencé à distribuer des euros dans 12 pays de l’UE, à raison de billets de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euros.

Au 1er janvier 2002, 1 euro valait 40,3399 LUF. Le franc luxembourgeois a perduré jusqu’au 28 février 2002, date à laquelle il a perdu son cours légal. À partir du 4 mai 2016, la Banque centrale européenne a cessé de produire et d’émettre les billets de 500 euros. Néanmoins, ces derniers gardent leur cours légal et peuvent toujours être échangés.

Pour beaucoup de citoyens européens, le passage à l’euro a d’abord entraîné confusion et perte de repères. Pour assurer les transactions quotidiennes, chacun avait sa propre méthode pour effectuer la conversion mentale dans sa monnaie d’origine. Pour les moins agiles en calcul mental, les convertisseurs électroniques étaient les objets stars de l’époque, alors que les téléphones les plus pointus s’équipaient de cette fonction, rivalisant d’ingéniosité. Stations-essence, bureaux de tabac, petits commerces de proximité affichaient tous le double montant pendant de longs mois, pour une transition en douceur.

Plus forts contre la pandémie grâce à l’euro

David Sassoli, président du Parlement européen, définit l’euro comme une «vision politique et historique à long terme d’un continent uni», à l’instar d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne: «L’euro construit des ponts de coopération et de compétitivité équitable dans un marché unique qui a prospéré comme jamais en 20 ans.»

Effectivement, en 20 ans, la zone euro s’est étendue, passant de 12 à 19 pays et environ 340 millions de personnes utilisent aujourd’hui l’euro pour leurs transactions quotidiennes.

Pour les entreprises, l’euro a fait prospérer les échanges entre professionnels sur le marché unique. Entre 1990 et 2002, le commerce entre les pays qui allaient rejoindre la zone euro a augmenté de moins de 5%. Depuis l’introduction de la monnaie unique, il a augmenté de près de 200%. Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, déclare sur le blog de la BCE: «Il ne fait aucun doute que nous sommes plus forts grâce à l’euro. Les chocs économiques récents auraient été encore plus durs sans la stabilité et l’intégration que l’euro a conférées à notre marché unique. En temps de crise, notamment pendant la pandémie, l’existence d’une monnaie unique a joué un rôle essentiel dans la coordination des réponses en Europe.» La présidente évoque également son projet de renouveler (comme en 2013 et 2019) l’aspect des billets d’ici 2024 et d’inclure à la monnaie les éventuelles formes de paiement complémentaires telles que l’euro numérique.

Pour rappel, l’euro est la deuxième monnaie mondiale pour les paiements internationaux, les emprunts, les prêts et les réserves des banques centrales. Plus de la moitié des émissions mondiales d’obligations vertes sont libellées en euros. La liberté de circulation est aujourd’hui le premier critère sur lequel les citoyens expriment leur appartenance à l’Europe. Mais, selon une étude de l’«Eurobaromètre» d’octobre 2021, l’euro est le second (41 %). Enfin, 78% des Européens ont une opinion favorable de leur monnaie, selon cette même étude.

Une monnaie unique dont les racines remontent à un certain Pierre Werner (CSV). L’ancien Premier ministre et ministre des Finances luxembourgeois avait été chargé, dès 1969, par les six États membres de l’époque d’imaginer le chemin vers une Union économique et monétaire. Le Plan Werner jetait les bases de l’euro.