POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

CARNET NOIR

Eugène Berger disparaît à 59 ans



300838.jpg

Eugène Berger est décédé à l'âge de 59 ans. (Photo: Maison Moderne/Archives)

Le décès du chef de la fraction DP, Eugène Berger, a été annoncé mardi après-midi en pleine séance de la Chambre des députés, qui a aussitôt été suspendue.

Le député (DP) Eugène Berger  avait été hospitalisé vendredi en soins intensifs , avait indiqué un communiqué de son parti, qui demandait le respect de sa vie privée et de celle de sa famille.

C’est vers 16h30 mardi, en pleine séance plénière, que la nouvelle de son décès a atteint les rangs des députés. C’est le vice-président de la Chambre, Mars Di Bartolomeo (LSAP), qui a fait part de la terrible nouvelle. Les travaux en cours à la Chambre ont été suspendus jusqu’à mercredi. 

Eugène Berger était une figure nationale avant de devenir l’un des visages du DP. Instituteur de formation, c’est par sa passion pour l’alpinisme qu’il s’est fait connaître en devenant le premier Luxembourgeois à gravir un sommet de 8.000 mètres, et le seul à avoir réussi l’ascension du mont Everest jusqu'en 2001. Il était toujours guide de haute montagne, et l’un de ses derniers tweets le montrait en tenue d’alpinisme.

C’est en 1994 qu’Eugène Berger est élu à la Chambre des députés où il siègera jusqu’en 1999 et depuis 2007. Il connaît une brève expérience gouvernementale en devenant secrétaire d’État à l’Environnement dans le gouvernement Juncker-Polfer. C’est à lui que l’on doit les premières mesures en faveur de l’utilisation rationnelle de l’énergie (maisons passives, etc.) et de la production alternative d’énergie, ainsi que le premier plan d’allocation de CO2 qui définit la répartition des quotas d’émissions de CO2 entre les sites industriels du pays.

Non élu en 2004, il revient à la Chambre en décembre 2007 en remplacement d’Henri Grethen (DP). Il ne la quittera plus et prendra la tête du groupe parlementaire DP à l’issue des élections législatives de 2013 marquant le retour du DP au gouvernement. Outre son mandat national, il était également président de la délégation luxembourgeoise à l’assemblée parlementaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), membre de la délégation auprès de l’assemblée parlementaire de l’OTAN, membre effectif de la délégation luxembourgeoise auprès de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) et membre effectif de la délégation luxembourgeoise auprès de la Conférence interparlementaire sur la stabilité, la coordination économique et la gouvernance au sein de l’Union européenne (SCEG). Il était encore conseiller communal de Roeser depuis 2011.

«Eugène Berger, chef de fraction DP, conseiller communal, ancien secrétaire d’État et alpiniste enthousiaste nous a quittés ce midi», a indiqué la fraction DP dans un communiqué mardi en fin d’après-midi. «Sa famille et les personnes qu’il portait dans son cœur étaient à ses côtés pour lui dire adieu.» M. Berger avait deux enfants.

Les hommages se sont multipliés sur les réseaux sociaux, en commençant par celui du Premier ministre Xavier Bettel (DP), celui de la présidente du parti libéral et ministre de la Famille et de l’Intégration, Corinne Cahen , et celui de la coprésidente de Déi Gréng, Djuna Bernard .

D’autres députés ont fait part de leur émotion comme Martine Hansen , chef de la fraction CSV, qui a présenté sa «compassion dans ces heures difficiles», tout en remerciant M. Berger «pour son engagement envers la population et envers le pays», ou encore Laurent Mosar (CSV) et le président des Jonk Demokraten Michael Agostini.

Près de deux ans après le soudain décès de Camille Gira et six mois après l’accident cardiaque du vice-Premier ministre Felix Braz , la classe politique vit un nouvel événement tragique. Lors de ses vœux début janvier sur RTL Télé, le Premier ministre Xavier Bettel avait invité les résidents à «profite[r] des bons moments, parce qu’on ne sait pas ce que demain nous réserve». Une formule tristement prémonitoire.