ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Assemblée générale

Étienne Schneider fait son entrée au CA d’ArcelorMittal



Le nouvel agenda d’Étienne Schneider (49 ans), ministre désormais administrateur et entrepreneur, continue de se dessiner. (Photo: Jan Hanrion / Maison Moderne / archives)

Le nouvel agenda d’Étienne Schneider (49 ans), ministre désormais administrateur et entrepreneur, continue de se dessiner. (Photo: Jan Hanrion / Maison Moderne / archives)

L’ancien ministre de l’Économie a été élu samedi au conseil d’administration mondial d’ArcelorMittal. Le géant de l’acier basé au Luxembourg a aussi renouvelé le mandat de Michel Wurth.

Covid-19 oblige, l’assemblée générale du groupe sidérurgiste ArcelorMittal a été organisée samedi 13 juin à distance via les outils de connexion et comme le prévoit la loi actuellement.

68% des droits de vote étaient représentés, et la réunion a permis de renouveler une partie du conseil d’administration (CA) mondial du groupe suite à l’échéance de certains mandats.

On notera ainsi la reconduction logique du président du CA et CEO  Lakshmi N. Mittal . Deux autres administrateurs ont vu leur mandat renouvelé cette année: Bruno Lafont (administrateur principal indépendant) et Michel Wurth  (également président du CA d’ArcelorMittal Luxembourg). Ils sont réélus pour une durée de trois ans.

Le fils de Lakshmi, et probable futur dirigeant mondial du groupe, Aditya Mittal , fait quant à lui son entrée au conseil d’administration en tant que deuxième administrateur exécutif. Aditya Mittal dirige les activités européennes du groupe et en est le chief financial officer.

L’ancien ministre de l’Économie, Jeannot Krecké (LSAP), a quant à lui démissionné après 10 années passées au CA , laissant sa place à son successeur et proche en politique, Étienne Schneider . Le tout récent  ancien ministre LSAP  suit donc les pas de son mentor pour un premier mandat de trois ans chez ArcelorMittal.

«Le conseil d’administration a estimé que M. Étienne Schneider n’était ni proposé ni influencé par le gouvernement luxembourgeois et qu’il deviendrait un administrateur indépendant du conseil d’administration en cas d’élection», indique la convocation de l’assemblée générale.

Cette assemblée générale devait surtout permettre de valider les résultats financiers de l’année 2019 , qui s’était soldée par une perte nette de 2,5 milliards de dollars. Une augmentation du capital social a aussi été décidée.