POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

prise de congé

Étienne Schneider a tiré sa révérence



Depuis ce mardi à 14h, Étienne Schneider n’est plus ni ministre de l’Économie et de la Santé, ni vice-Premier ministre, suite à son audience de congé auprès du Grand-Duc. 

Étienne Schneider  (LSAP) n’est officiellement plus un membre du gouvernement suite à son audience de congé auprès du  Grand-Duc . Il va même,  comme il l’avait déjà annoncé également, disparaître de la vie politique .

Un avenir qui n’est pas défini

Cette volonté de quitter ses fonctions a été mûrie de longue date. «J’ai fait le choix de la vie privée à la place de la vie politique», a indiqué Étienne Schneider à sa sortie du palais grand-ducal. «Je voulais plus de temps pour ma famille, mes proches…»

Il fait peu de doute qu’il sera sans doute fort sollicité pour occuper différentes fonctions.  La direction de l’Agence spatiale européenne (ESA) pourrait l’intéresser . «J’ai été contacté par plusieurs pays en ce sens. Oui, cela m’intéresse, mais j’ai toujours dit qu’il faudra alors que certaines choses changent au sein de l’ESA», confirme Étienne Schneider. «Des changements, j’ai essayé d’en obtenir certains lors de mes mandats de ministre, mais en vain. De toute façon, j’avais clairement annoncé que je ne négocierais rien tant que j’étais ministre en fonction.» Ni auprès de l’ESA, ni auprès d’autres, desquels il a «reçu des appels».

Le Grand-Duc a donné sa «démission honorable» à Étienne Schneider. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Maintenant qu’il est «libre», il va pouvoir envisager son avenir dans le secteur privé. «Pas dès demain, car ce mardi soir, j’ai invité mes collaborateurs pour un repas, et je ne serai sans doute pas en état mercredi matin. Par contre, peut-être après-demain…», s’amuse-t-il.

Même si sa décision avait été prise de longue date, la journée aura été tout de même chargée en émotions.

En voiture pour faire 100m car le protocole l’impose

Cette journée a débuté par une réception au siège de la fraction LSAP, où  Franz Fayot , nouveau ministre de l’Économie, était aussi mis à l’honneur. Le groupe composé des députés et des ministres s’est ensuite rendu au Kobe, un restaurant japonais.

À 13h55, Étienne Schneider a dû quitter la table, son rendez-vous avec le Grand-Duc étant fixé à 14h. Et si l’entrée d’honneur du palais n’est éloignée du restaurant que de moins de 100m, c’est en voiture qu’il a effectué ce déplacement. «C’est prévu ainsi par le protocole, et on ne peut y déroger», explique un membre du service de presse du gouvernement.

À 14h30, l’audience finie, Étienne Schneider est raccompagné par le Premier ministre  Xavier Bettel  (DP). Il prend le temps d’adresser encore quelques mots aux médias présents avant de remonter en voiture pour rejoindre le Kobe, où ses sushis avaient sans doute été gardés aux frais. C’est un ministre qui avait quitté les membres attablés de son parti, c’est juste un camarade qui les a retrouvés ensuite.

L’après-midi devait se poursuivre ensuite au ministère de la Santé, puis de l’Économie, où Étienne Schneider devait transmettre officiellement ses fonctions à ses successeurs. Outre le fait que Franz Fayot soit le nouveau ministre de l’Économie, le changement au sein du gouvernement fait que Dan Kersch (LSAP) devient vice-Premier ministre, et  Paulette Lenert  (LSAP), qui était ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, mais aussi de la Protection des consommateurs, devient également ministre de la Santé et ministre déléguée à la Sécurité sociale.