LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Habitat

LE Geste Vert

Éteindre, pour préserver la nuit



300274.png

Le colloque Fachtagung – Gutes Licht est l’occasion de sensibiliser le public à la pollution lumineuse nocturne. (Photo: Tourismo La Palma/Van Marty)

Les 22 et 23 janvier se déroule le colloque Fachtagung – Gutes Licht, proposé dans le cadre du festival Night, Light & More mis en place à l’occasion du projet «Night Light». Ce dernier a pour but de sensibiliser à la pollution lumineuse et à la préservation de l’obscurité naturelle du ciel nocturne.

Depuis 2017, le Luxembourg est engagé dans un projet européen, «Night Light», qui vise à sensibiliser tout un chacun à la pollution lumineuse nocturne et à la protection et la valorisation durable de l’obscurité naturelle du ciel nocturne. Le  Parc naturel de l’Our  participe avec huit autres partenaires européens à ce projet d’une durée de quatre ans (2017-2021).

Les 22 et 23 janvier prochains est organisé un colloque,  Fachtagung – Gutes Licht , sur ce thème de la pollution lumineuse. Des conférenciers internationaux des domaines de la technologie de l’éclairage, de l’aménagement du territoire, de la médecine, de la protection de l’environnement et de la conservation de la nature discuteront des avantages, des dangers et des approches en matière de traitement de l’éclairage dans les espaces extérieurs. Ce colloque est organisé dans le cadre du festival Night, Light & More qui se déroule à Vianden. Les participants peuvent y découvrir un programme informatif et de nombreuses animations en lien avec cette thématique de l’obscurité naturelle.

Il faut en effet savoir qu’en Europe centrale, il ne reste que peu de régions dans lesquelles on peut encore vivre sous un firmament qui n’est pas troublé par un éclairage artificiel. En effet, 85% de la superficie totale de l’Union européenne est illuminée artificiellement la nuit. Or, cet éclairage peut constituer une forme de pollution et peut empêcher le développement de certaines espèces de la faune et de la flore. Cela provoque aussi des perturbations chez les animaux et entraîne par exemple le chant d’oiseaux ou retarde la chute des feuilles des arbres.

Ce sont surtout les insectes qui souffrent de l’éclairage artificiel. Attirés par la source lumineuse, ils l’entourent en permanence avant de mourir à cause de l’épuisement. En Allemagne, un milliard d’insectes meurent chaque nuit à cause de l’éclairage artificiel. Ceci a évidemment une répercussion sur d’autres animaux, pour lesquels les insectes sont une partie intégrante de la chaîne alimentaire. L’humanité dépend également de ces insectes, car ils sont pour la plupart des pollinisateurs naturels… et sans ceux-ci, une partie considérable de notre alimentation pourrait disparaître.

Or, tout un chacun peut contribuer à la réduction de la pollution lumineuse. Il faut veiller par exemple à n’illuminer qu’en cas de besoin et que ce qui est nécessaire, en veillant à choisir des éclairages adaptés et à illuminer du haut vers le bas. Des gestes simples qu’il est facilement possible d’adopter au quotidien.