ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Fedil

Et les lauréats du Prix de l’environnement 2019 sont…



288985.jpg

Le CEO d’Apateq Bogdan Serban  et le président du conseil d’administration Robert Dennewald, le project manager de la municipalité de Mörbylånga Peter Asteberg, l’ambassadeur du Luxembourg au Danemark, en Suède, en Finlande et en Norvège Janine Finck, le Prince Félix de Luxembourg, la Princesse royale de Suède Victoria et le gouverneur du Kalmar Thomas Carlzon, lors de l’inauguration de l’installation suédoise. (Photo: Apateq)

En présence de la ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, Carole Dieschbourg, la Fedil décerne ce mardi soir les 16es Prix de l’environnement. Quatre sociétés luxembourgeoises sont récompensées.

Signe d’un contexte international et du succès de la formule, la Fedil a enregistré cette année le record de 16 candidatures à son Prix de l’environnement. En présence de la ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, Carole Dieschbourg  (Déi Gréng), les quatre lauréats sont révélés ce mardi soir à la Chambre de commerce.

Catégorie «processus»

Apateq PWT est récompensée pour sa technologie unique en Europe, son projet «Drinking water treatment plant for Mörbylånga». Cet été, la petite société luxembourgeoise avait annoncé ouvrir sa première installation en Suède, sur l’île d’Öland, pour fournir l’eau potable autrefois acheminée par bateaux.

«L’installation fixe traite l’eau de puits saumâtre ainsi que l’eau de traitement industriel prétraitée au sein d’une seule installation», expliquait Apateq dans un communiqué . «Cette multifonctionnalité est possible grâce à une combinaison de technologies que Apateq a développées au fil des ans, y compris un logiciel dédié, qui permet à la plante de s’adapter elle-même aux différentes qualités de l’eau. Le système est conçu pour gérer une capacité de débit de 500 à 4.000 mètres cubes par jour, en fonction de la demande saisonnière.

Une étape supplémentaire, conçue et exploitée par des sociétés suédoises spécialisées dans l’eau, consistera à désinfecter ses effluents et à les reminéraliser jusqu’à des niveaux d’eau potable, conformément aux réglementations suédoises et internationales.»

Catégorie «produit»

Le jury a retenu le projet «iD Revolution» de Tarkett. La société qui a son centre de recherche dans le nord du pays a obtenu la meilleure certification pour son parquet composé à 83% de produits recyclables et zéro déchet  appelé «iD Revolution» .

Tarkett utilise du PVB recyclé provenant de pare-brise et de lunettes de sécurité pour l’incorporation dans la formule du produit ainsi que du bioplastique PLA et du carbonate de calcium. Non seulement la composition des produits d’«iD Revolution» est durable et saine (100% des matériaux ont fait l’objet d’une évaluation positive selon la méthodologie très stricte d’évaluation de la santé des matériaux C2C), mais le processus de fabrication respecte également le capital naturel de la planète: 99% de l’eau utilisée pendant la production est recyclée et 100% de l’électricité nécessaire provient de sources renouvelables.

50% de l’impact carbone est compensé par des crédits carbone via Tambopata, un projet qui soutient la biodiversité de la forêt amazonienne du Pérou. 100% exempte de phtalates et de solvants, la collection contribue également à une bonne qualité de l’air intérieur dans l’environnement commercial et résidentiel car ses niveaux d’émission de composés organiques volatils (COV) sont 100 fois inférieurs aux normes les plus strictes.

Catégorie «industries intensives en énergie»

Le prix va à Hydro Aluminium Clervaux pour son projet «Circal 75R», qui contient au moins 75% de déchets post-consommation. Plus le contenu recyclé est élevé, plus l’empreinte carbone est faible.

«Lorsque nous garantissons plus de 75% de contenu recyclé, nous nous référons exclusivement à l’aluminium arrivé en fin de vie en tant que produit en cours d’utilisation et qui est remis dans le circuit», explique la société de Clervaux sur son site internet .

Ce produit innovant est proposé sur le marché uniquement par le groupe Norsk Hydro, auquel appartient l’usine d’Hydro Aluminium Clervaux. La spécificité du produit est qu’il a été développé par l’usine de recyclage luxembourgeoise et n’est produit que par celle-ci. Le site luxembourgeois dispose en effet d’installations ultra-modernes, mises en service en 2015/2016 et qui autorisent la production d’un tel alliage d’aluminium tout en assurant une qualité améliorée par rapport à un produit recyclé standard en aluminium.

En 2017, l’usine luxembourgeoise a reçu le prix de l’innovation par le président du groupe.

Catégorie «industries intensives en énergie»

ArcelorMittal Belval et Differdange sont récompensés pour le projet de récupération d’énergie codéveloppé par le sidérurgiste et Sudcal. ArcelorMittal perdait de l’énergie en produisant ses palplanches en acier. Récupérer l’énergie contenue dans les fumées du four d’un des laminoirs (le laminoir Train 2 du site de Belval) pour chauffer de l’eau injectée dans le réseau de chaleur de plusieurs quartiers d’Esch-sur-Alzette desservis par Sudcal permet de répondre à 70% des besoins de Sudcal et permet l’économie de 5.000 tonnes de CO2 par an.