POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Succession du directeur général

L’Agence spatiale européenne attend Schneider



Johann-Dietrich Wörner… et son successeur, Étienne Schneider? L’Agence spatiale européenne vient de publier la description de poste, qui va comme un gant à l’ex-ministre de l’Économie. (Photo: SIP)

Johann-Dietrich Wörner… et son successeur, Étienne Schneider? L’Agence spatiale européenne vient de publier la description de poste, qui va comme un gant à l’ex-ministre de l’Économie. (Photo: SIP)

L’Agence spatiale européenne a publié la «job description» de son futur directeur général, qui doit succéder à Johann-Dietrich Wörner. Étienne Schneider sera-t-il candidat? Et le gouvernement le soutiendra-t-il? Deux énigmes.

«Il pourrait être le Juncker de l’espace!» Comprenez un dirigeant luxembourgeois de premier plan qui mette d’accord l’Allemagne et la France et qui ait assez de compétences diplomatiques, culturelles et linguistiques, pour diriger la très politique Agence spatiale européenne (ESA).

Sauf que, pour l’instant, l’ex-ministre de l’Économie, Étienne Schneider (LSAP), n’est pas encore officiellement candidat à ces fonctions, et que le gouvernement n’a jamais vraiment dit qu’il soutiendrait son ancien vice-Premier ministre. Contacté au lendemain de son passage devant la Commission de contrôle de l’exécution budgétaire, le nouveau résident d’Ixelles n’avait pas encore répondu à notre question… qui l’enverrait de facto à Paris, siège de l’agence.

Mais à l’occasion d’une mission à Dubaï, le ministre luxembourgeois de l’Espace avait posé un certain nombre de jalons, notamment la modernisation de l’agence .

«C’est sûr qu’il a toutes les compétences», dit un cadre de l’ESA. «Il aime sincèrement l’espace, parle plusieurs langues, vient d’un petit État membre, et il s’est bien entendu avec Johann-Dietrich Wörner» au cours de la présidence luxembourgeoise de l’ESA, entre 2012 et 2016, exercée conjointement avec la Suisse. 

En décembre dernier, à Cologne, le ministre et l’actuel président de l’Agence avaient officialisé la création, au Luxembourg, d’un centre de recherche sur l’espace .

Depuis qu’il a quitté le gouvernement, M. Schneider a intégré les conseils d’administration d’ArcelorMittal et de Sistema .

Une lettre du Luxembourg serait la bienvenue

Selon la description de poste, le nouveau directeur général devra:

- avoir «une expérience internationale reconnue dans un ou plusieurs des domaines suivants: politique, technique, scientifique, économique, administratif»;

- avoir «occupé des postes au plus haut niveau dans les secteurs public, semi-public ou privé»;

- avoir une expérience des questions spatiales, qui est fortement souhaitée. Une bonne connaissance du rôle de l’Union européenne dans le domaine spatial constituerait également un atout;

- avoir des qualités d’anticipation et de réactivité aux plans politiques et stratégiques, ainsi que des aptitudes à la gestion et à l’encadrement au plus haut niveau;

- avoir de très grandes qualités en matière de communication et de représentation, indispensables lorsque l’on est l’interlocuteur privilégié des dirigeants des gouvernements, des organismes publics, du secteur privé et des partenaires internationaux.

Les langues de travail de l’Agence sont l’anglais et le français. Une excellente maîtrise de l’une de ces deux langues est exigée, de même qu’une bonne connaissance pratique de l’autre. La connaissance de la langue d’un autre État membre constituerait un atout.

Le candidat doit aussi avoir «une stature exceptionnelle», «une parfaite intégrité», et… «une lettre de soutien rédigée par la délégation d’un État membre serait appréciée».

Trois ou quatre adversaires de premier plan

Les candidats ont jusqu’au 31 août pour adresser leur candidature aux ressources humaines de l’Agence, mais quelques noms circulent déjà.

Comme celui de Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d’études spatiales , qui coche lui aussi toutes les cases, mais… est Français et pourrait attiser les réticences, notamment de l’Allemagne. 

Ou comme l’actuel ministre espagnol de la Science, de l’Innovation et des Universités, Pedro Duque… qui restera à jamais le premier astronaute espagnol. Le Premier ministre espagnol a déjà apporté son soutien franc et massif à la nomination de son compatriote à la tête de l’Agence.

Autre nom à avoir ses chances, le prestigieux physicien italien Roberto Battiston, ancien président de l’Agence spatiale italienne (ASI) et actuel conseiller du ministre des Universités et de la Recherche, Gaetano Manfredi.