ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Le CEO de Workday, Aneel Bhusri

«Les entreprises doivent avoir une âme»



Le télétravail a aussi accéléré l’adoption de nouvelles solutions dans la gestion des ressources humaines. (Photo: Shutterstock)

Le télétravail a aussi accéléré l’adoption de nouvelles solutions dans la gestion des ressources humaines. (Photo: Shutterstock)

La crise que traverse la planète depuis le début de l’année a dopé l’adoption de Workday, solution RH complète et dans le cloud. Son CEO et fondateur, Aneel Bhusri, le rappelle pourtant à chaque occasion: ce qui compte dans la technologie, c’est l’humain.

«Je crois fermement en la théorie des parties prenantes, selon laquelle les entreprises ne sont pas uniquement en affaires pour récompenser les actionnaires. Nous avons une responsabilité plus large envers nos employés, nos clients, notre communauté. Je pense qu’au fond, les entreprises doivent avoir une âme. Elles doivent se soucier de ce qui se passe dans le monde, dans leurs communautés, et elles doivent être connectées à leurs communautés.»

Dans une interview accordée à McKinsey, directement depuis la Silicon Valley, le CEO de Workday, Aneel Bhusri, rappelle les fondamentaux : l’humain au cœur de tout, même quand la solution technologique connaît une adoption sans précédent, dopée par la crise et le besoin de gestion à distance. Un événement qu’il n’avait pas prévu, explique-t-il, à propos de sa solution, utilisée par au moins la moitié du Fortune 500 aux États-Unis et dans de nombreuses grandes sociétés européennes.

Le déploiement des modules prend plus de huit mois en moyenne, mais cela est lié à l’apprentissage progressif par les cadres et les employés, mais aussi à la technologie elle-même, dont les particularités en termes de reporting permettent d’accélérer la gestion de la diversité, par exemple.

Bien qu’américaine, la société a accepté, en Europe, de remplir un certain nombre de prérequis, comme le stockage des données en Europe et sa «certification» par les autorités fiscales, puisqu’elle touche aussi les salaires, et même la question linguistique.

La semaine dernière, Workday a aussi lancé sa solution qui transforme les données opérationnelles en données de comptabilité afin de mieux gérer l’opérationnel.

Mi-octobre, la société californienne a aussi présenté un autre module qui permet à des employés qui ont des compétences non utilisées de changer de job  quand les besoins se font sentir dans l’entreprise même.