ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

PwC face au défi des ressources humaines

PwC veut réduire la pression sur son personnel



John Parkhouse, CEO de PwC Luxembourg, souhaite que le cabinet de conseil soit un employeur plus attractif en renforçant les effectifs pour éviter que le personnel ne soit confronté à des charges de travail trop lourdes et en intensifiant le développement des compétences. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

John Parkhouse, CEO de PwC Luxembourg, souhaite que le cabinet de conseil soit un employeur plus attractif en renforçant les effectifs pour éviter que le personnel ne soit confronté à des charges de travail trop lourdes et en intensifiant le développement des compétences. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

PwC, le plus grand des quatre grands cabinets de conseil du pays et septième employeur du secteur privé du Grand-Duché, veut renforcer ses effectifs. Il espère qu’une telle augmentation réduira le stress lié à la charge de travail de ses employés et favorisera le recrutement et la fidélisation.

PwC Luxembourg a enregistré une croissance de son chiffre d’affaires d’ un peu moins de 6% au cours de l’exercice clos le 30 juin 2021, malgré la pandémie. Bien qu’il s’agisse d’une bonne nouvelle pour l’entreprise, cette poussée a exacerbé la pression existante sur les effectifs du cabinet.

«Nous ne nous attendions pas nécessairement à ce que l’année soit aussi forte lorsque nous l’avons commencée», a déclaré François Mousel , responsable des clients et des marchés chez PwC Luxembourg, lors d’un briefing exclusif avec Delano et Paperjam. Cela «a conduit à certaines pressions en matière de ressources humaines, malgré la campagne de recrutement que nous avions lancée. Et même si nous avons recruté fortement, cela s’est avéré insuffisant pour faire face à cette croissance.» Cela signifie que le personnel a dû «gérer une charge de travail assez élevée, surtout vers la fin de l’année».

François Mousel, responsable clients et marchés chez PwC Luxembourg, lors d’une interview avec Delano et Paperjam, le 18 octobre 2021. Romain Gamba/Maison Moderne

François Mousel, responsable clients et marchés chez PwC Luxembourg, lors d’une interview avec Delano et Paperjam, le 18 octobre 2021. Romain Gamba/Maison Moderne

La lutte contre cette pression est «un point-clé de nos priorités pour l’année à venir», a déclaré John Parkhouse, CEO de PwC Luxembourg, à Delano et Paperjam lors de la réunion d’information, qui s’est tenue avant la publication des résultats annuels de l’entreprise. «Nous avons vu la rotation de notre personnel augmenter, mais pour l’instant, pas de façon spectaculaire», a déclaré John Parkhouse . Elle était d’«environ 18%» dans l’ensemble et «pour nous, une rotation saine se situe plutôt dans la fourchette des 14%-15%».

Dans son enquête annuelle sur le personnel, à laquelle 81% du personnel luxembourgeois a répondu, «l’une des principales préoccupations est le volume de travail». De même, la question revient souvent lors des entretiens. «Lorsque vous regardez les entretiens de départ, la principale raison qui est invoquée au moment de quitter le cabinet concerne la charge de travail… et l’incapacité à se voir continuer comme ça pendant de nombreuses années.»

Engagement envers le personnel

John Parkhouse a déclaré: «Nous nous sommes engagés à changer cette dynamique. Grâce à un recours accru à la technologie, mais aussi en augmentant de manière significative le nombre de collaborateurs que nous avons. C’est un véritable défi. Il est très, très difficile de trouver du personnel… Nous sommes passés de 77 nationalités à 82, car nous devons aller de plus en plus loin pour trouver les bons candidats. Mais c’est une chose sur laquelle nous allons continuer à nous concentrer. C’est une promesse que nous avons faite à notre personnel. Et c’est une promesse que nous sommes déterminés à tenir.»

Et ce dernier de poursuivre: «Nous investissons dans davantage de personnes, pas seulement pour répondre à la croissance. Nous investissons dans un plus grand nombre de personnes pour commencer à atteindre l’équilibre sain que nous souhaitons avoir au sein de la main-d’œuvre. Pour commencer à changer quelque peu la dynamique historique des entreprises de services professionnels, qui ont eu, à certains moments, des charges de travail très, très lourdes pendant une période prolongée.»

L’entreprise employait 2.839 personnes au Grand-Duché au 30 juin. Dans le bilan annuel 2021, publié le 25 octobre, John Parkhouse a écrit: «Nous avons augmenté de près de 70% notre recrutement ciblé pour l’année à venir, avec un objectif d’environ 910 nouvelles recrues à tous les niveaux.» À la suite de l’entretien, un représentant de l’entreprise a déclaré que son effectif «devrait être supérieur à 2.900 personnes en janvier 2022».

John Parkhouse, CEO de PwC Luxembourg, lors d’une interview avec Delano et Paperjam, le 18 octobre 2021.  Romain Gamba/Maison Moderne

John Parkhouse, CEO de PwC Luxembourg, lors d’une interview avec Delano et Paperjam, le 18 octobre 2021. Romain Gamba/Maison Moderne

La fidélisation est la deuxième pièce du puzzle. Pour cela, il faut «mettre l’accent sur l’équipement de notre personnel en termes de talents et de compétences, non seulement sur le plan numérique, ce sur quoi nous avons travaillé avec succès ces deux dernières années, mais aussi sur le plan des compétences commerciales et sociales», a encore déclaré John Parkhouse au cours de l’entretien.

L’un des courants sous-jacents est la croissance du secteur luxembourgeois des fonds alternatifs, qui a connu un essor considérable au cours des dernières années, alors que d’autres secteurs d’activité ralentissaient ou se contractaient. La société a essentiellement renforcé les compétences de son personnel de gestion d’actifs et de patrimoine dans le secteur alternatif. On le constate aussi du côté de la fiscalité, où l’on voit «l’attrait du Luxembourg pour les multinationales diminuer et donc notre activité dans ce pays diminuer, mais cela est plus que compensé par la croissance de l’activité alternative».

Le développement comme avantage concurrentiel

«Je ne dirais pas qu’il est facile» de réorienter et de perfectionner le personnel pour servir le secteur des fonds alternatifs, «mais je dirais que c’est un défi que nous avons plutôt bien réussi à relever». Les fonds alternatifs sont «toujours, et de loin, la croissance la plus rapide de notre activité. Nous prévoyons que cela se poursuivra au cours des deux prochaines années. Et nous devrons continuer à nous concentrer sur le recrutement de profils différents, mais aussi sur cette conversion des personnes.»

L’accent mis sur les compétences est une composante essentielle d’un «paquet compétitif», estime John Parkhouse. «Une partie de cet ensemble compétitif est constituée d’opportunités de développement professionnel distinctes.» Son message aux employés est le suivant: «Plus vous restez chez PwC, plus vous serez précieux en tant que professionnel des affaires, que ce soit au sein de PwC ou en dehors.»

Cet article a été écrit pour Delano , traduit et édité pour Paperjam.