POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Enseignement

En route pour la rentrée dans le fondamental



Une rentrée pas comme les autres au regard des mesures de sécurité. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Une rentrée pas comme les autres au regard des mesures de sécurité. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Quelque 57.000 élèves de l’enseignement fondamental reprennent leur cartable ce lundi 25 mai. Les crèches et maisons relais ouvrent à nouveau leurs portes également. S’il s’agit d’un pas important dans le déconfinement, c’est aussi un tour de force logistique pour les différentes structures.

C’est une semaine importante qui s’ouvre pour le secteur de l’enfance. C’est en effet ce lundi 25 mai que les écoles de l’enseignement fondamental, les crèches et maisons relais rouvrent leurs portes , après plus de deux mois de confinement.

L’enjeu est important et l’organisation devra être à la hauteur. Lors de sa conférence du 5 mai dernier , annonçant la reprise, le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch (DP), expliquait que l’objectif à moyen terme était que «la rentrée du 15 septembre soit un nouveau départ», en espérant des conditions meilleures qu’actuellement.

«Mais il est important de ménager quelques semaines de présence à l’école avant les grandes vacances», avait-il dit. Il insistait avant tout sur la nécessité des contacts sociaux entre enfants après de nombreuses semaines passées à la maison.

Des classes divisées en deux

On reprend donc le chemin de l’école pour le temps qui sépare encore les enfants des vacances d’été, toujours bien prévues le 15 juillet. Mais tous les enfants ne rentreront pas simultanément.

Comme expliqué début mai, les classes seront divisées en deux. La moitié des élèves suivront les cours en classe durant une semaine A, de 8 à 13h, avec un enseignant qui ne sera pas forcément leur enseignant habituel, puis pourront rejoindre une maison relais avec le même groupe jusqu’à 18h.

Le deuxième groupe sera pendant ce temps occupé à faire des devoirs prévus par l’enseignant, que ce soit en étude surveillée dans une maison relais ou une autre infrastructure, ou encore à la maison. La semaine suivante, les rôles seront inversés.

Pour les enseignants et responsables de maisons relais, la composition des groupes a pu représenter un réel casse-tête.  Ils ont en effet dû tenir compte à la fois des critères d’homogénéité pédagogique, des liens d’amitié des enfants, de leur mode de prise en charge après l’école et du rythme de leurs frères et sœurs.

Les mesures de sécurité devront bien entendu être respectées: distanciation physique, lavage fréquent des mains et port du masque pour les enseignants.

Les bureaux des élèves sont espacés de plus de deux mètres, comme le préconisent les autorités. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

1 / 12

Tout est prêt pour une rentrée pas comme les autres. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

2 / 12

Tout est prêt pour une rentrée pas comme les autres. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

3 / 12

Les bureaux des élèves sont espacés de plus de deux mètres, comme le préconisent les autorités. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

4 / 12

Les bureaux des élèves sont espacés de plus de deux mètres, comme le préconisent les autorités. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

5 / 12

Tout est prêt pour une rentrée pas comme les autres. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

6 / 12

Tout est prêt pour une rentrée pas comme les autres. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

7 / 12

Les bureaux des élèves sont espacés de plus de deux mètres, comme le préconisent les autorités. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

8 / 12

Tout est prêt pour une rentrée pas comme les autres. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

9 / 12

Tout est prêt pour une rentrée pas comme les autres. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

10 / 12

Tout est prêt pour une rentrée pas comme les autres. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

11 / 12

Tout est prêt pour une rentrée pas comme les autres. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

12 / 12

Crèches et maisons relais au taquet

Les crèches et maisons relais ont également fait le forcing pour que tout soit en place pour cette «rentrée».

Dans les crèches, de nombreuses mesures ont aussi dû être prises pour assurer un nouveau mode de fonctionnement: groupes limités à cinq enfants, contacts limités entre eux et avec les éducateurs, port du masque par les parents.

Mais Arthur Carvas, président de la Felsea, la Fédération luxembourgeoise des services d’éducation et d’accueil pour enfants, estime que le secteur est prêt, comme il le confirmait à Paperjam en fin de semaine.

Les maisons relais, qui accueilleront les enfants chaque après-midi, se sont bien préparées, elles aussi. La plus grande incertitude se situe au niveau du personnel: sera-t-il suffisant? Dans une récente interview à Paperjam , Christina Brömmel, chargée de direction à la Croix-Rouge luxembourgeoise, estimait le besoin de personnel supplémentaire entre 20% et 30%. À voir en pratique une fois la rentrée assurée.