POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

synergies

En Asie, les Chambres de commerce Belux jouent collectif



Ce premier événement en commun des Chambre de commerce en Asie va en appeler d’autres. (Photo: capture d’écran)

Ce premier événement en commun des Chambre de commerce en Asie va en appeler d’autres. (Photo: capture d’écran)

Les Chambres de commerce Belgique-Luxembourg d’Asie ont organisé un premier webinar en commun. De quoi donner l’envie de multiplier les collaborations. 

«From the lockdown to the opening» était le thème d’un premier webinar organisé par les Chambres de commerce Belgique-Luxembourg de Singapour, de Chine, du Japon et du Vietnam voici trois semaines. Un très beau succès avec plus d’une centaine de participants désireux d’entendre et de questionner Arnoud De Meyer, président honoraire de la Singapore Management University, Jérôme Chouchan, président de Godiva Japon, Gricha Safarian, directeur de Puratos et consul honoraire de Belgique à Hô Chi Minh-Ville, Karel Eloot, chairman, senior partner pour McKinsey à Pékin. 

Quatre personnalités de haut vol, de quatre pays différents, pour des analyses nuancées et enrichies par leur vécu professionnel et privé. «Il est clair que le succès de ce premier événement est en grande partie lié à la qualité de notre panel», explique Isabelle Alvarez, directrice de Victor Buck Services Asie et présidente de la Chambre de commerce Belux à Singapour. «Le thème était évidemment aussi propice.»

La manière dont chaque pays a affronté la crise, les stratégies mises en place, les aides aux entreprises, la reprise des activités, la relance des chaînes d’approvisionnement, mais aussi les mutations des comportements des producteurs et des consommateurs ont été quelques-uns des thèmes évoqués, sans oublier l’avenir des marchés dans un monde de plus en plus globalisé.

La crise sanitaire comme accélérateur

Si la réalisation a été commune, c’est bien la Chambre de Singapour qui a été l’initiatrice de ce premier événement en commun. «J’ai commencé par prendre des contacts avec mes collègues. Nous avions beaucoup à gagner à mieux nous connaître, initier des collaborations… Avec des réalisations avant tout à destination de nos membres. Cela faisait d’ailleurs partie de mes projets de présidente», poursuit-elle. 

Après quelques échanges, ce premier webinar va donc être mis sur pied. Et la crise sanitaire a en quelque sorte servi d’accélérateur. «Avec cette crise, nous avons plus et mieux utilisé certaines technologies. Finalement, on s’est dit qu’organiser un webinar entre les quatre chambres et nos membres était possible, assez facilement. Nous avions raison», dit encore Isabelle Alvarez.

Surtout, cette réussite appelle maintenant à persévérer dans d’autres projets, qui prendront différentes formes. «La chambre de Hong Kong est intéressée. Elle-même va ramener la Thaïlande à nos côtés, qui amènera le Myanmar… Ce webinar était le premier mais ne sera donc pas le dernier événement en commun.» Les chambres envisagent par exemple prochainement une conférence avec un invité de renom, «mais du networking est aussi possible».

L’initiative n’a par ailleurs pas laissé de marbre la Fédération des chambres de commerce Belgique-Luxembourg. Dans un courrier, elle souligne que «ce webinar a été un signal pour l’Europe, nous rappelant que nous devrions plus chercher l’inspiration vers l’Est que ce n’est le cas pour le moment».