POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Au premier semestre 2020

L’électricité verte passe en tête chez les 27



De nouvelles installations et des conditions météorologiques favorables ont dopé la production d’électricité d’origine renouvelable. (Photo: Shutterstock)

De nouvelles installations et des conditions météorologiques favorables ont dopé la production d’électricité d’origine renouvelable. (Photo: Shutterstock)

Le vent et le soleil ont contribué à réduire la production d’électricité à partir du charbon dans l’Europe des 27 au cours du premier semestre. Selon l’étude Ember, les mégawatts d’origine renouvelable ont, pour la première fois, été plus importants que ceux générés par les énergies fossiles.

C’est une première. Au cours du premier semestre de cette année, la production d’électricité d’origine renouvelable a dépassé la production à partir d’énergies fossiles au sein de l’Europe des 27.

La production «verte» a atteint 40% alors que la production basée sur le gaz et le charbon a chuté à 34%, selon les chiffres d’une récente étude du think tank Ember. L’éolien et le photovoltaïque ont permis cette évolution grâce à de nouvelles installations, mais aussi aux conditions météorologiques, note l’étude. Février a été particulièrement venteux et le second trimestre bien ensoleillé. Leur progression a atteint 11% sur les six premiers mois de l’année.

Ensemble, le photovoltaïque et l’éolien sont passés d’une part globale dans le mix énergétique des «27» de 13% en 2016 à 21% au cours du premier semestre 2020. Pour atteindre les 40%, il faut encore compter sur les 13% produits par les installations hydroélectriques et les 6% assurés par la biomasse.

Le charbon en perte de vitesse

Sur la même période, la production électrique à partir d’énergies fossiles a chuté de 18%. L’usage des centrales au charbon a notamment été réduit de 32% et la production de celles au gaz a diminué de 6%. L’étude Ember calcule ainsi que le secteur européen de la production d’électricité a réduit son impact en CO2 de 23% (-76 tonnes).

Cette chute est notamment liée à la baisse de la demande , qui a diminué de 7% sur l’ensemble du semestre. Le nucléaire recule également de 12%.

Aujourd’hui, malgré une très forte variabilité dans la production, Ember a calculé que l’éolien et le photovoltaïque peuvent assurer ensemble au minimum 10% de la production électrique européenne quotidienne et aller jusqu’à 33% les bonnes journées.