POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

les élections communales invalidées

On va revoter en juin à Neufchâteau



235095.jpg

L’actuel bourgmestre, Dimitri Fourny, se dit satisfait de la décision du gouverneur de la province de Luxembourg. (Photo: Paperjam / Archives)

Le gouverneur Olivier Schmitz vient de confirmer que les habitants de Neufchâteau devront revoter dans le courant du mois de juin. Il a en effet invalidé le résultat du scrutin d’octobre dernier, entaché par un soupçon de fraude électorale.

Le verdict est tombé en fin de matinée: sans surprise, les élections communales d’octobre dernier ont été invalidées à Neufchâteau. Le gouverneur de la province de Luxembourg, Olivier Schmitz, a communiqué sa décision suite aux soupçons de fraude électorale qui pesaient sur ce scrutin. Les habitants de Neufchâteau devront donc retourner aux urnes, le 16 juin prochain au plus tard.

Cette décision doit encore être notifiée par le Service Public de Wallonie dans les jours qui viennent, sous réserve d’un recours qui peut encore être introduit. Mais il est fort peu probable que l’actuel bourgmestre, Dimitri Fourny, introduise un recours contre cette décision puisqu’il était demandeur d’un nouveau scrutin. Satisfait de la décision du gouverneur, il a par ailleurs déjà annoncé sur son compte Facebook son intention de se représenter comme candidat bourgmestre.

57 procurations litigieuses

Rappelons qu’une instruction judiciaire est en cours actuellement pour déterminer si une fraude électorale a été commise le 14 octobre dernier. 57 procurations , notamment en provenance du home Clos des seigneurs, sont apparues comme litigieuses alors que le fauteuil de bourgmestre s’est joué à 16 voix, en faveur de Fourny.

21 personnes ont déjà été inculpées dans ce dossier, dont l’actuel bourgmestre, sa fille, son épouse, sa sœur et sa maman. Plusieurs de ses colistiers également, comme le premier échevin Daniel Michiels. Enfin, deux médecins de la commune font aussi partie des inculpés. Ce volet de l’affaire est maintenant entre les mains de la justice qui devra trancher sur des faits de faux en écriture et usage de faux, abus de confiance et participation à une association de malfaiteurs.