POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Migration

Douze réfugiés mineurs attendus au Luxembourg



«Face à la propagation de la pandémie, la situation devient pressante», appuie Jean Asselborn. (Illustration: Shutterstock)

«Face à la propagation de la pandémie, la situation devient pressante», appuie Jean Asselborn. (Illustration: Shutterstock)

Douze réfugiés mineurs doivent arriver d’ici le milieu de la semaine prochaine au Luxembourg. Qui devient le premier pays européen à prendre l’initiative d’organiser ce type de transfert, d’autant plus important en pleine crise sanitaire face à laquelle les plus démunis n’ont pas de moyens de se protéger.

«En principe, d’autres pays européens s’étaient engagés à accueillir au total 1.600 des environ 5.000 mineurs sans être passés à l’action pour l’instant», indique le site de la Chambre des députés .

Mercredi, les députés de la Commission des Affaires étrangères et européennes et le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn (LSAP), ont tenu à appuyer cette action pour un réaliser un acte «hautement symbolique» de la part du Grand-Duché.

Concrètement, au milieu de la semaine prochaine, douze réfugiés mineurs non accompagnés qui se trouvent actuellement dans les camps sur les îles grecques de Lesbos et Chios devraient arriver au Luxembourg.

Originaires d’une vingtaine de pays différents, majoritairement d’Afghanistan mais également de Syrie, ils seront choisis sur place par les responsables de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). «Le Luxembourg a demandé de pouvoir accueillir trois filles parmi les douze jeunes afin de respecter, dans la mesure du possible, un certain équilibre entre les genres», précise encore le site internet de la Chambre.

Les jeunes réfugiés devront observer une période de quarantaine à leur arrivée. C’est justement pour leur éviter une «double peine» face à la pandémie de coronavirus que Jean Asselborn a voulu concrétiser cet engagement.

«Face à la propagation de la pandémie, la situation devient pressante. Les personnes dans les camps de réfugiés sont particulièrement vulnérables de par leurs conditions de vie et d’hygiène», a indiqué le ministre, selon le site de la Chambre.

Là aussi, un effort européen commun est nécessaire…