POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Lutte contre la pandémie

La dexaméthasone ou l’espoir d’un traitement contre le Covid-19



La dexaméthasone, de la famille des stéroïdes, s’avère efficace dans la phase de la maladie exigeant un apport d’oxygène, en particulier si le patient doit être intubé. (Photo: Shutterstock)

La dexaméthasone, de la famille des stéroïdes, s’avère efficace dans la phase de la maladie exigeant un apport d’oxygène, en particulier si le patient doit être intubé. (Photo: Shutterstock)

Ce corticoïde figurant dans l’essai clinique Recovery mené outre-Manche donne des résultats encourageants pour le traitement des patients sous respiration artificielle.

C’est plus qu’une lueur d’espoir dans la course au traitement contre le Covid-19. Deux jours après la signature par quatre pays européens d’un accord avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca  pour garantir la fourniture à l’UE de 300 millions de doses d’un éventuel vaccin, c’est «une avancée majeure dans la quête de nouvelles manières de traiter les malades du Covid» qui est venue du Royaume-Uni, selon la NHS (Sécurité sociale britannique).

«La dexaméthasone est le premier médicament dont on observe qu’il améliore la survie en cas de Covid-19», rapporte Peter Horby, professeur de maladies infectieuses émergentes à l’université d’Oxford et l’un des chercheurs en chef de l’essai clinique Recovery, dont les résultats préliminaires ont été publiés mardi. «Une mort sur huit pourrait être évitée grâce à ce traitement chez les patients placés sous ventilation artificielle.»

Un traitement immédiatement prescrit aux patients

«C’est une bonne nouvelle et je félicite le gouvernement britannique, l’université d’Oxford et les nombreux hôpitaux et patients au Royaume-Uni qui ont contribué à cette percée scientifique qui sauve des vies», a commenté le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué.

Le médicament à base de cortisone, déjà commercialisé et utilisé pour son effet anti-inflammatoire puissant, a été prescrit à 2.104 patients durant 10 jours. Les chercheurs ont relevé, en s’appuyant sur une comparaison avec 4.321 patients non traités avec ce médicament, qu’il avait réduit d’un tiers la mortalité des malades placés sous ventilation artificielle et d’un cinquième celle des patients recevant de l’oxygène par un masque et non par intubation.

Le gouvernement britannique a indiqué que ce traitement allait être immédiatement prescrit aux malades concernés. Troisième pays le plus touché par l’épidémie après les États-Unis et le Brésil, le Royaume-Uni compte officiellement près de 42.000 morts (mais 11.000 de plus, selon Reuters), dont 233 dans les dernières 24 heures.

Le Luxembourg participe, pour sa part, à l’ essai clinique Discovery , voué à tester l’efficacité de quatre autres traitements: le remdesivir (un antiviral utilisé dans la lutte contre Ebola), la combinaison lopinavir-ritonavir, la même combinaison associée à de l’interféron, et l’hydroxychloroquine.