PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fintech

L’autre guerre Russie-Ukraine

Les deux faces de la crypto



Russie et Ukraine, deux des pays où l’adoption des cryptomonnaies est la plus forte au monde, l’utilisent pour contourner les sanctions. Un moment inédit. (Photo: Shutterstock)

Russie et Ukraine, deux des pays où l’adoption des cryptomonnaies est la plus forte au monde, l’utilisent pour contourner les sanctions. Un moment inédit. (Photo: Shutterstock)

Outre la guerre «conventionnelle» et la cyberguerre, la Russie et l’Ukraine se livrent aussi à une guerre des cryptos. Dans les deux cas pour contourner les sanctions. Au milieu du jeu, les exchanges sont à un carrefour.

Adieu le rêve de finance décentralisée, assez opaque et individualisée pour échapper au contrôle des banques centrales. Le 1er mars, comme le rappelle Scorechain, la start-up luxembourgeoise spécialisée dans la lutte antiblanchiment des crypto, le président américain, Joe Biden, a sonné la fin de la récréation: l’Office américain de contrôle des avoirs étrangers a invité «les fournisseurs de services cryptographiques à surveiller en permanence et à refuser les transactions provenant de personnes sanctionnées et de leurs portefeuilles cryptographiques».

Il est probable, parie la start-up de Laurent Kratz et Pierre Gerard, que des sanctions supplémentaires continueront d’être imposées au fur et à mesure que le conflit se poursuivra, notamment pour empêcher la Russie d’utiliser des cryptomonnaies pour contourner les sanctions. 

Bon courage. D’abord, selon les données du Cambridge Center Alternative for finance , la Russie est devenue le troisième pays au monde en termes de capacités de minage du bitcoin, loin derrière les États-Unis et le Kazakhstan, depuis que la Chine a mis le holà à l’industrie pour des considérations énergétiques. Mais, surtout, le pays était considéré par Chainalysis jusqu’à l’an dernier, comme un des pays au monde où l’adoption des crypto était la plus forte.

750 milliards de dollars envolés de Russie

Était considérée parce que dans sa version d’octobre , le concurrent de Scorechain explique que «L’Ukraine et la Russie se sont classées respectivement 4e et 18e. Cependant, les deux pays ont chuté dans le classement par rapport à l’année dernière, l’Ukraine étant classée première au classement général et la Russie deuxième. Qu’est-ce qui explique le déclin? Dans les deux cas, une baisse du volume de transactions de la plateforme P2P, l’une des trois mesures de notre indice d’adoption. L’Ukraine est passée de la 11e place à la 38e, tandis que la Russie a chuté encore plus, de la 9e à la 119e. Bien que l’activité P2P des deux pays ait diminué par rapport à d’autres pays, cela est également dû en partie à des changements de méthodologie: cette année, nous avons inclus davantage d’échanges P2P dans notre analyse et attribué leur activité en fonction principalement du trafic Web plutôt que des monnaies fiduciaires. Dans les paires de trading les plus populaires des plateformes P2P comme nous l’avons fait l’année dernière. Cependant, malgré la baisse de l’activité P2P, la Russie et l’Ukraine affichent des volumes de transactions élevés sur les plateformes centralisées de cryptomonnaie, à la fois dans l’ensemble et pour les transactions au niveau de la vente au détail en particulier.»

L’autre aspect est la démocratisation du ransomware as a service. 2020 et 2021 ont été des années records pour les cyberattaques, les hackers mal intentionnés ayant profité de la désorganisation des structures liée à la pandémie. Et si vous vendez vos logiciels d’attaque partout sur la planète, les rançons ne sont plus payées chez vous mais chez vos «clients»…

Si le rôle des cryptomonnaies est autant mis en évidence depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, c’est que les deux pays n’ont pas attendu la guerre pour ne pas avoir une confiance aveugle dans leur système bancaire respectif. En Russie, assurent des observateurs, la situation se double d’une autre problématique: le pays forme beaucoup d’ingénieurs informatiques qui n’ont ensuite pas d’autres opportunités que la cybercriminalité.

Hydra, the place to sale

Un fait utilisé par les milliardaires pour échapper à la fiscalité, ajoute Bloomberg, selon qui la Russie a perdu plus de 750 milliards de dollars à cause de la fuite des capitaux depuis 1994, tandis que le Kyiv Post affirme que l’Ukraine perd 50 milliards de dollars par an .

87% des transactions à partir d’adresses russes et 87% à partir d’adresses ukrainiennes vont vers un autre pays, seule la Turquie fait mieux. En 2020, Flashpoint et Chainanalysis estimaient que 75% des transactions illégales de la planète allaient sur le roi du darknet russe, Hydra Marketplace, dont le volume de transactions dépassait le milliard de dollars pour la première fois (1,36 milliard). 

Géré par onze personnes, il permet tout, des services d’encaissement Bitcoin pour les cartes de crédit volées aux fausses devises, en passant par les identités volées ou les cartes SIM. Depuis 2018, le site exige que toutes les transactions passent par des exchanges favorables à la Russie. Comme ça, pas de traçage pour ces 75% des transactions mondiales. Une stratégie de débutants, nuancent d’autres experts, les milliardaires ont des bataillons d’avocats et de sociétés offshore pour garantir leur disparition des radars.

Où donner pour aider l’Ukraine?

Ironie de l’histoire, l’Ukraine, qui était le pays du monde où fleurissaient le plus de sites internet frauduleux pour attirer les candides des monnaies cryptées, en est réduite à appeler aux dons via ses portefeuilles. Attention aux faux, prévient Scorechain , qui indique «que ces adresses sont contrôlées par le gouvernement et peuvent être données en toute sécurité» à:

– BTC: 357a3So9CbsNfBBgFYACGvxxS6tMaDoa1P

– ETH et USDT: 0x165CD37b4C644C2921454429E7F9358d18A45e14

– USDT (TRC20): TEFccmfQ38cZS1DTZVhsxKVDckA8Y6VfCy

– POINT: 1x8aa2N2Ar9SQweJv9vsuZn3WYDHu7gMQu1RePjZuBe33Hv

—Solana: 66pJhhESDjdeBBDdkKmxYYd7q6GUggYPWjxpMKNX39KV

– Dogecoin: DS76K9uJJzQjCFvAbpPGtFerp1qkJoeLwL

Au 3 mars, les autorités ukrainiennes avaient déjà reçu 40 millions de dollars. Plus huit millions de dollars de  Come Back Alive , l’une des plus grandes ONG collectant des fonds pour l’Ukraine, avec ses adresses:

– Bitcoin: bc1qkd5az2ml7dk5j5h672yhxmhmxe9tuf97j39fm6

– Ethereum (ETH, USDT, USDC): 0xa1b1bbB8070Df2450810b8eB2425D543cfCeF79b

– TRC20 (attache): TX9aNri16bSxVYi6oMnKDj5RMKAMBXWzon