LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Luxembourg à Art Brussels



Marco Godinho bénéficie d'un solo show à la galerie Sobering. (Photo: Marco Godinho)

Marco Godinho bénéficie d'un solo show à la galerie Sobering. (Photo: Marco Godinho)

La 32e édition de Art Brussels, la plus importante et la plus influente foire d’art contemporain de Belgique, bat son plein ce week-end. Artistes et galeristes luxembourgeois répondent présent.

L’année dernière, le duo d’artistes David Brognon et Stéphanie Rollin y remportait le prix Pirelli pour le meilleur solo show. Mais les artistes, galeristes et collectionneurs luxembourgeois n’ont pas attendu cette récompense pour arpenter chaque année les allées de Art Brussels. Cette foire d'art contemporain rassemble sous un seul toit: 190 galeries d’art contemporain du monde entier, qui présentent plus de 2.000 artistes, et attirent 30.000 amateurs d’art contemporain.
Par son attractivité, par sa sélectivité (moins de la moitié des galeries candidates sont retenues), la foire est parvenue à se construire une réputation sur la scène internationale, tout en préservant ses particularités exclusives et son atmosphère conviviale, typiquement belge, dirons-nous. Art Brussels a la réputation d’être la foire alliant artistes confirmés ainsi que futurs talents.
C’est dans ce contexte que deux galeries luxembourgeoises y tiennent un stand. Nosbaum&Reding présente une sélection d’œuvres des artistes maison: Jakup Auce, Stephan Balkenhol, Aline Bouvy, Hugo Canoilas, Christoph Meier, Carl Palm, Peter Zimmermann. Par ailleurs, la galerie Zidoun-Bossuyt a choisi d’exposer Terry Adkins, Bradley McCallum & Jacqueline Tarry et Jeff Sonhouse.
Ce sont aussi les artistes luxembourgeois qui seront à l’honneur. Martine Feipel & Jean Bechameil font ainsi partie de la séléction de la galerie bruxelloise Valérie Bach alors que Marco Godinho bénéficie d’un solo show par la galerie Sobering de Paris. Il y présente «Fall in Levitation», où chaque intervention est axée sur une pratique d’observation infime, une sorte de dépistage du réel, et s’intéresse aux notions de temps et de déplacement, récurrentes dans la démarche de l’artiste. 

Jusqu'au 27 avril à Brussels Expo (Heysel)

www.artbrussels.com