POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Peste porcine

Des alternatives au tracé de la clôture 



232338.jpg

Michel Wolter a défendu les agriculteurs de sa commune, fâchés du passage de la clôture sur leurs terrains. (Photo: Paperjam)

Certains agriculteurs et propriétaires de terrain étaient peu satisfaits de l’installation d’une clôture de 8km entre Grass et Linger pour éviter la propagation de l’épidémie de peste porcine. Ils viennent de proposer des alternatives.

L’installation par l’armée et l’Administration des ponts et chaussées d’une  clôture de 8km  entre Grass et Linger  ne fait pas que des heureux . C’est ce qu’avait d’ailleurs relayé le bourgmestre de Bascharage, Michel Wolter  (CSV), qui contestait pour sa part la légalité de l’initiative du ministre de l’Agriculture  Romain Schneider  (LSAP).

Lors d’une réunion d’information à Clemency, plusieurs problèmes avaient été pointés: parcours de la clôture passant sur des terrains privés, installation trop éloignée de la frontière et de la clôture belges «parfois de plus de deux kilomètres», passage possible des gibiers via les villages... 

Michel Wolter avait annoncé que des propositions alternatives seraient faites aux autorités, pour éviter «tout conflit sur le terrain, car certains ne laisseront pas faire n’importe quoi chez eux». C’est ce qui a été fait ce lundi.

Réduire la zone blanche

Les autorités locales, les agriculteurs et les propriétaires de terrain ont donc formulé plusieurs propositions alternatives. L’objectif étant de rapprocher la clôture luxembourgeoise de la clôture belge, de ne pas passer sur des terrains privés où les propriétaires n’auraient pas marqué leur accord, de réduire la zone blanche dans laquelle tous les sangliers seront abattus...

Il s’agira aussi d’intégrer la commune voisine de Pétange dans la réflexion. Mais aussi de trouver des solutions pour Clemency et Linger, villages qui se trouvaient sur le passage de la clôture.

«Le ministre a expliqué que les sangliers ne passent pas dans les villages. Néanmoins, on en a vu un avenue de Luxembourg, en plein Käerjeng il y a peu de temps», avait expliqué Michel Wolter.

Ces propositions ont été transmises à Félix Wildschutz, coordinateur de la lutte contre la peste porcine, et à Roland Fox, directeur de l’Administration des ponts et chaussées. L’accueil a été favorable selon les autorités communales, qui attendent de voir quelle sera l’issue concrètement.