POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Stratégie de tests

Le dépistage de l’ensemble de la population reporté



L’objectif du projet de dépistage, même s’il est reporté, reste «de tester l’ensemble de la population», a précisé la ministre de la Santé, Paulette Lenert, aux députés de la commission de la santé. (Photo: Chambre des députés/Flickr)

L’objectif du projet de dépistage, même s’il est reporté, reste «de tester l’ensemble de la population», a précisé la ministre de la Santé, Paulette Lenert, aux députés de la commission de la santé. (Photo: Chambre des députés/Flickr)

Prévu à l’origine le 19 mai, le début du dépistage de l’ensemble de la population du Luxembourg est reporté. Une annonce faite alors que la ministre de la Santé, Paulette Lenert, tentait mardi de clarifier la stratégie des tests Covid-19 aux députés de la commission de la santé.

La mise en œuvre du projet de dépistage de l’ensemble de la population, dévoilé fin avril par le gouvernement , ne commencera pas le 19 mai sur 17 stations de dépistage, comme cela était prévu.

Pour expliquer ce report, «deux facteurs jouent», explique le directeur de la Santé, Jean-Claude Schmit , à Paperjam: la logistique, qui ne sera pas en place à la date annoncée, et l’équipement, qui n’a pas encore été réuni. «Car il ne faut pas seulement réunir les tests, mais aussi les réactifs», précise Jean-Claude Schmit, qui estime que le projet devrait désormais commencer «à la fin du mois de mai, huit ou dix jours plus tard que ce qui était prévu».

Si le projet est reporté, l’objectif reste «de tester l’ensemble de la population», ont tenu à préciser le directeur de la Santé et la ministre de la Santé, Paulette Lenert  (LSAP), qui donnaient mardi après-midi des explications aux députés de la commission parlementaire de la santé. Des explications nécessaires, les députés constatant qu’«une certaine confusion règne concernant la stratégie des tests Covid-19».

Différents projets de tests en cours

Selon le compte rendu de la réunion, il faudrait distinguer différents projets de tests en cours. Tout d’abord, comme depuis le début de l’épidémie, les personnes présentant des symptômes peuvent être testées en présentant une ordonnance de leur médecin . Cela permet d’isoler les cas positifs.

Pour accompagner le déconfinement, la direction de la Santé organise aussi des tests par «cluster», qui peuvent s’effectuer de manière généralisée, comme dans les maisons de soins , ou par échantillon, comme pour les secteurs de la construction, du commerce ou des soins à la personne. «L’objectif est d’identifier les endroits où le virus est présent, afin de pouvoir agir de manière préventive», a expliqué la ministre de la Santé.

«Si nous observons une remontée des taux d’infection, par exemple dans le secteur de la construction, nous en informerons les responsables politiques qui pourront soit adapter la vitesse du déconfinement, soit augmenter les contrôles, soit revenir sur leurs décisions», expliquait Jean-Claude Schmit à Paperjam la semaine dernière .

Mieux comprendre le Covid-19

À cela vient donc s’ajouter le projet de dépistage de l’ensemble de la population, conduit par le Luxembourg Institute of Health (LIH). Un «projet de recherche», dont le but est «avant tout de mieux comprendre le virus Covid-19», selon le site de la Chambre. Et qui devrait donc désormais débuter fin mai.

Des explications complémentaires sur ces différents projets de tests sont d’ores et déjà prévues: des documents seront communiqués aux députés, et une réunion sera organisée avec les acteurs du LIH et de la recherche, prévient le site de la Chambre.