COMMUNAUTÉS & EXPERTISES
EXPERTISES

management participatif

Déléguer… la fin du «pouvoir»



219536.jpg

Une partie des décisions prises par le dirigeant est déléguée aux employés des différents services. En adoptant ce principe, Rime-IT a compris qu’il fallait donner une vision plus «humaniste» à l’entreprise, pour mieux motiver et impliquer ses équipes en les faisant contribuer activement à l’atteinte des résultats et en adhérant à ses valeurs.

La fin d’un système autoritaire et trop hiérarchisé laisse place à une vision évolutive du management en entreprise et se base sur les principes suivants:

• Une stratégie commune, bien définie et bien connue de tous. Le respect de cette stratégie d’entreprise facilite l’ensemble des décisions prises et participe à la mise en œuvre de toutes les actions nécessaires à atteindre le but commun. Toute personne faisant partie de notre société a accès aux objectifs de l’année, ce qui permet à chacun d’avoir une visibilité et une même ligne conductrice pour atteindre nos objectifs communs. Ainsi, chaque employé veillera à son niveau à mettre en place les actions nécessaires pour atteindre ces objectifs.

• La subsidiarité: chaque membre de l’équipe est habilité à prendre une décision à son niveau, sans l’intervention du dirigeant. Chez Rime-IT, on ne consulte jamais la direction sans avoir cherché une solution et confronté ses idées avec l’équipe en interne au préalable. Chaque employé de l’équipe interne est autonome dans son travail et l’exécute de la manière qui lui semble la meilleure et la plus efficace.

• Le dirigeant ne dirige plus au sens strict du terme mais devient un coach, un référent qui guide et donne des directions sans intervenir dans l’opérationnel pur. Il accompagne les employés afin qu’ils améliorent leur confiance en eux et développent leur esprit d’analyse et d’initiative.

• La confiance: le dirigeant doit, par défaut, accorder la pleine confiance au personnel qu’il a employé et vice versa. Le risque de faire une erreur est vite oublié par les bienfaits de l’auto-apprentissage.

Le droit à l’erreur s’accompagne toujours du devoir d’apprendre.

Alain Cardon

Cette délégation permet de donner du sens à son travail et d’atteindre un bien-être au travail. Chaque journée est différente, la routine journalière s’efface au profit de nombreux projets divers et variés. Chaque employé touche à beaucoup de domaines et apprend des autres sur tous les sujets de l’entreprise.

Témoignage d’un employé: «En tant qu’entrepreneur, David (notre CEO) nous montre l’exemple, il a toujours plusieurs projets en cours. Pour lui, rien n’est impossible: «faites, essayez, cherchez des solutions inventives». L’erreur est permise. Et si cela fonctionne, pourquoi ne pas lancer une nouvelle activité? On ne reste pas enfermé dans son petit carcan, cela nous ouvre des portes et de nouveaux horizons.»