POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Grande Région

Une délégation mosellane à l’ICT Spring



241636.jpg

Une table ronde sur le thème «Les défis du numérique: quels enjeux pour les PME au sein de la Grande Région» dans le cadre de Get2know your Neighbours. (Photo: @CCI_Moselle)

La deuxième journée de l’ICT Spring a vu près de 70 Mosellans, chefs d’entreprise, universitaires, responsables de fonds d’investissement, faire le déplacement. Le numérique était bien sûr au cœur de cette visite.

L’ICT Spring s’est achevé ce mercredi 22 mai. Et lors de cette dernière journée, une délégation mosellane de près de 70 personnes s’est rendue sur place dans le cadre du Luxembourg Get2know your Neighbours, organisé par la Chambre de commerce du Luxembourg et la CCI Moselle Métropole Metz.

« En juin dernier , nous avions reçu des entrepreneurs du Luxembourg, et nous sommes aujourd’hui (lire mercredi) venus en voisins», explique Fabrice Genter, président de la CCI Moselle Métropole Metz. «Nous avons installé un vrai réseau avec le Luxembourg. Ce que nous voulons désormais mettre en place, ce sont des débouchés concrets», a-t-il ajouté lors d’une conférence autour des défis du numérique dans la Grande Région.

Un incubateur «virtuel»

Ce qu’a confirmé Sabrina Sagramola, responsable des Affaires européennes & Grande Région à la Chambre de commerce du Luxembourg: «Nous devons être force de proposition, être fédérateurs et modérateurs pour toutes les entreprises que nous représentons. Il ne faut pas oublier que pour les TPE et PME locales qui se lancent, l’international commence par le marché de la Grande Région.»

Intervenant dans le cadre de la conférence sur les défis du numérique au sein de la Grande Région, Karin Schintgen , CEO de la House of Startups, a annoncé qu’un «incubateur virtuel» était en projet, «car les start-up ne pensent pas aux frontières, et cela représenterait une plate-forme entre Paris et Berlin, afin d’avoir un vrai marché de l’innovation qui permette, par exemple, aux investisseurs d’avoir une vue sur les start-up de la Grande Région, et de savoir où sont les best practices».

Un projet de «tech megapolis»

Une idée partagée par Pierre Rinaldi, cofondateur et COO de la start-up SESAMm, qui a obtenu le Pass French Tech: «Il faut que nous soyons vraiment des partenaires au sein du territoire, car l’union fait la force.»

Corinne Cahen , ministre de la Famille et à la Grande Région, a également confirmé que «le numérique est un des leviers les plus importants. Nous avons annoncé, lors du sommet des exécutifs de la Grande Région qui a eu lieu en janvier dernier, que nous étudions le projet d’une ‘tech megapolis’, car nous avons la chance d’avoir des contacts très réguliers et de nous connaître.»