POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Bilan parlementaire

Déi Gréng concentré sur les «changements de paradigme»



Relance économique verte, budget 2021, neutralité climatique, gestion des déchets… Déi Gréng entend porter ses priorités à la rentrée pour faire ressortir davantage la couleur verte au sein de la coalition. Et faire de la crise du Covid-19 un accélérateur de changements de paradigmes.

Les ministres étaient présents, signe d’une cohésion avec un groupe parlementaire qui ne se limite d’ailleurs pas à la Chambre, mais inclus aussi l’Eurodéputé Tilly Metz .

À l’heure du traditionnel bilan de la session parlementaire auquel s’est prêté ce vendredi midi Déi Gréng, sa présidente de fraction, Josée Lorsché , note tout d’abord les changements intervenus depuis un an au sein même de la composition du groupe. Avec l’arrivée de Chantal Gary pour remplacer le ministre du Logement et néo ministre de la Sécurité intérieure , Henri Kox . Semiray Ahmedova a fait également son entrée à la Chambre, cette fois à la place de l’ancien bourgmestre de Differdange, Roberto Traversini.

Moins visibles que leurs collègues du gouvernement du DP et du LSAP en charge des domaines directement liés à la crise du Covid-19, les Verts ne manquent pas de rappeler que l’ambition de lutter contre le réchauffement climatique reste on ne peut plus d’actualité.

«La crise représente une chance de pouvoir effectuer un renouveau, de prendre des décisions plus courageuses qu’avant, la crise peut apporter un changement de mentalité. Les gens veulent du changement durable», résume Josée Lorsché. Qui insiste sur le fait que, même durant l’état de crise qui permettait au gouvernement de se passer des députés, la fraction a beaucoup travaillé malgré le report de dossiers importants à l’automne comme la réforme fiscale.

Relance économique, logement et budget

Mais le chemin emprunté pour courir le marathon du «changement de paradigme», cité à plusieurs reprises par Mme Lorsché, peut s’avérer parsemé d’embuches sur le plan politique.

Les priorités qui figurent à l’agenda de la rentrée représentent autant d’étapes dans cette course de fond. À commencer par la relance économique qui sera «verte» et «sociale» ou ne sera pas pour Déi Gréng. Le paquet d’aides «Neistrat Lëtzebuerg» participe ainsi «à la relance économique en investissant dans l’économie durable, la digitalisation», sans oublier l’efficience énergétique.

Une dynamique qui devra se poursuivre avec les communes, partenaires importants pour le dossier chaud du logement dans un marché qui reste caractérisé par une augmentation des prix, sur fond d’inadéquation entre l’offre et la demande.

Déi Gréng voudrait souligner l’importance du droit au logement comme mesure sociale. Et de mentionner la stratégie d’Henri Kox comme la bonne pour réduire les tensions sur ce marché, à savoir la mise sur le chantier de nombreux logements sociaux et abordables.

Reste le «problème historique des terrains», la «planification territoriale» et «beaucoup de terrains qui appartiennent à peu de propriétaires.» «La spéculation est un sujet», lance Josée Lorsché. Les réponses à y apporter sont plus complexes au sein d’une coalition faite de plusieurs sensibilités.

La neutralité climatique du pays fait partie des autres changements de paradigmes souhaités par les verts. «C’est un but absolu qui doit se faire avec les gens, en nouant des alliances», estime Josée Lorsché qui plaide à la fois pour des règles et une adhésion de la population et des acteurs économiques.

Un budget aux accents verts

D’ici là, le député et rapporteur du projet de budget 2021 , François Benoy , aura effectué un travail qui devrait comporter des notes vertes selon les espoirs exprimés ce vendredi midi. Un budget 2021 qui sera forcément marqué par les coûts liés à la crise ainsi qu’une dimension sociale importante, espère Mme Lorsché.

Depuis le bilan parlementaire de 2019 , la crise du Covid-19 aurait presque fait oublié de nouvelles lois et autres changements intervenus dans la vie quotidienne et que Déi Gréng met volontiers à son inventaire: adoption du plan climat , motion pour une stratégie «zéro déchet» dans la capitale , loi d’indemnisation en cas d’incident nucléaire , des incitants pour l’achat d’un vélo, des investissements dans les infrastructures, un fonds spécial pour développer le logement , l’interdiction du glyphosate , sans oublier la gratuité des transports publics.

«La gratuité des transports en commun ne se concevoir sans un travail sur les retards, sans un investissement dans la mobilité qui reste notre priorité», précise toutefois José Lorsché.

La centrale nucléaire de Cattenom n’est pas encore fermée, les émissions de CO2 sont reparties à la hausse à la sortie du déconfinement… comme pour un marathon, les changements de paradigmes se gagnent en parcourant chaque kilomètre et dosant les efforts.