PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

anti-blanchiment

Degroof Petercam nie toute pratique irrégulière



Degroof Petercam nie toute irrégularité dans les pratiques de lutte contre le blanchiment. (Photo: Nader Ghavami / Archives)

Degroof Petercam nie toute irrégularité dans les pratiques de lutte contre le blanchiment. (Photo: Nader Ghavami / Archives)

La semaine dernière, la presse belge avait fait écho à des rumeurs d’irrégularités au sein de la Banque Degroof Petercam concernant les règles d’anti-blanchiment.

Dans un communiqué, la banque belge, largement présente au Luxembourg, explique que la Banque nationale de Belgique a effectué un audit sur les procédures de contrôle interne en matière de prévention du blanchiment de capitaux, «comme elle le fait régulièrement pour les institutions bancaires sous son contrôle». La banque explique que cette enquête a abouti à des recommandations que «Degroof Petercam met en œuvre avec l’étroite collaboration de ses régulateurs».

Par contre, suite à de nouvelles informations publiées ce début de semaine relatant que l’audit en question aurait mené à une enquête judiciaire, l’institution précise ne pas en avoir connaissance.

«Ces audits sont strictement confidentiels et, comme toutes les instances concernées, Degroof Petercam n’a pas le droit de communiquer à ce sujet», précise encore la banque dans son communiqué.

Rumeurs de vente

D’autres bruits sur le marché parlent aussi de la vente par une partie des actionnaires de leurs parts dans la banque privée belge. Contacté par Paperjam.lu, Adel Nabhan, chief marketing officer, explique que «la banque ne commente pas les décisions liées à son actionnariat».

Mais selon les renseignements que nous avons pu obtenir, la rumeur d’une vente de la banque Degroof Petercam circule bel et bien de manière insistante sur le marché. Et l’idée d’une cession au hollandais ABN Amro ferait sens. Elle lui permettrait de devenir numéro un sur le marché Benelux en récupérant les 55 milliards d’euros d’actifs gérés par la banque belge.