POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Inondations

Une décrue lente mais régulière 



Pendant la décrue, le CGDIS continue d’évacuer certaines personnes et commence à vider des caves. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

Pendant la décrue, le CGDIS continue d’évacuer certaines personnes et commence à vider des caves. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

Un nouveau point sur les inondations au Luxembourg, ce vendredi 16 juillet en début d’après-midi, fait état d’une stabilisation de la situation générale. On constate une décrue de la plupart des cours d’eau. Mais prudence: la vigilance rouge reste en vigueur, et le CGDIS est toujours très mobilisé.

La pluie s’éloigne du Luxembourg. Pour autant, et même si le soleil refait son apparition et si un temps sec est prévu tout ce week-end, Meteolux n’écarte pas encore la menace d’inondations. Selon son dernier bulletin communiqué à 14h vendredi, sa vigilance rouge pour «danger extrême» de crues reste en vigueur dans le nord du pays jusqu’à 9h ce samedi. Le Sud bascule normalement du rouge à l’orange («danger» de crues) après 18h, ce vendredi.

«Nous avons une décrue lente, mais régulière sur tous les cours d’eau, sauf la Moselle», qui reste à des niveaux «moins importants que prévu», précise le responsable de la communication du Corps grand-ducal d’incendie et de secours (CGDIS), Cédric Gantzer. «Les pompiers sont restés mobilisés ces dernières heures.» Notamment à Hesperange, Bettendorf et Echternach.

Une évacuation avait été proposée aux habitants de cette commune jeudi. «Il n’y avait plus d’électricité et d’eau courante.» Une centaine avaient accepté et certains «changent d’avis aujourd’hui parce qu’ils se rendent compte que la situation n’est pas tenable».

Une autre partie du travail des pompiers consiste maintenant à aller vider l’eau des caves. Cela devrait continuer dans les prochains jours avec la décrue. 

Le centre de gestion «garde un œil sur la météo» même si «elle semble relativement clémente». Le CGDIS demande aux personnes qui voudraient par exemple récupérer des affaires chez elles ou dans leur voiture de «ne pas s’engager sur les voies inondées».

Mobilité

Côté mobilité aussi, on ressent encore les dégâts de ces intempéries. Les trains entre le Luxembourg et Thionville ne circulent toujours pas et ne devraient pas reprendre leur flux avant lundi matin.

Pour les frontaliers belges, le trafic avait déjà repris via Athus ce vendredi matin. De nombreuses lignes du pays restent bloquées.

Tout comme un certain nombre de routes au Luxembourg, détaillées sur le site d’informations trafic cita.lu.

L’Administration des douanes et accises indique aussi que son bureau à Mersch, responsable de la taxe sur les véhicules routiers, restera fermé aujourd’hui, jusqu’à lundi.

Au niveau des avions, un dysfonctionnement du réseau Centre Europe des pipelines (CEPS) avait été constaté dans la région d’Echternacherbrück, jeudi, et l’alimentation du pipeline vers l’aéroport du Findel était interrompue. Elle a finalement été rétablie en fin de matinée ce vendredi.

Bilan économique

On s’interroge déjà sur l’évaluation des dégâts. Jeudi, l’Association des compagnies d’assurances et de réassurances (Aca) calculait 50 millions d’euros de dommages – un chiffre qui pourrait être revu. Dans une lettre adressée au président de la Chambre des députés, le groupe parlementaire ADR a demandé la convocation d’une réunion de la commission des affaires intérieures pour tirer des conclusions des intempéries.

La ministre de l’Environnement Carole Dieschbourg (déi Gréng) prévoit un point presse sur le sujet lundi matin.

De leur côté, les fédérations patronales rappellent aux entreprises touchées les aides auxquelles elles ont droit. En classant les événements comme catastrophe naturelle, le gouvernement a débloqué 50 millions d’euros pour les sinistrés . Elles peuvent bénéficier, sur demande, de la prise en charge des coûts et de chômage partiel pour cas de force majeure.

Pour les particuliers, un formulaire est déjà en ligne sur le site du ministère de la Famille.

De l’autre côté des frontières

Chez nos voisins, le bilan continue de s’aggraver . L’Allemagne compte 103 morts et recherche des centaines de personnes, tout comme la Belgique, qui fait état de 23 décès.