BRAND VOICE — LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

mudam

David Wojnarowicz est au Mudam Luxembourg



291532.jpg

Vue de l’exposition David Wojnarowicz. History Keeps Me Awake at Night, 26.10.2019 — 09.02.2020, Mudam Luxembourg (Crédit : Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg )

Le Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean accueille la première rétrospective européenne dédiée à l’œuvre de l’artiste, écrivain et activiste David Wojnarowicz (né en 1954 à Red Bank, dans le New Jersey – mort en 1992 à New York).

Initiée par le Whitney Museum of American Art à New York, où elle fut présentée du 13 juillet au 30 septembre 2018, History Keeps Me Awake at Night a également été présentée au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid du 29 mai au 30 septembre 2019. Le Mudam est la troisième et dernière étape de cette exposition itinérante qui rassemble plus de 150 œuvres. History Keeps Me Awake at Night est la première rétrospective organisée depuis 20 ans et la plus importante présentation de son œuvre à ce jour.

À partir de la fin des années 1970, David Wojnarowicz crée une œuvre mêlant photographie, peinture, musique, film, sculpture, écriture, performance et activisme. Dans la lignée d’autres artistes iconoclastes, il voyait dans la figure de l’outsider un sujet de prédilection. Sa carrière a commencé avec un ensemble de photographies et de collages rendant hommage à des écrivains de la contreculture comme Arthur Rimbaud, William Burroughs et Jean Genet. Diagnostiqué séropositif à la fin des années 1980, il devint un porte-parole pour les personnes atteintes du sida quand un nombre toujours plus grand d’amis, d’amants et d’inconnus commencèrent à mourir en raison de l’inaction gouvernementale.

Autodidacte, David Wojnarowicz émerge dans le New York des années 1980, une période marquée par une énergie créative débordante, mais aussi par une grande précarité économique et de profonds changements culturels. Le croisement de différents mouvements – le graffiti, les musiques no wave et new wave, la photographie conceptuelle, la performance, la peinture néo-expressionniste, etc. – fait de la ville un laboratoire artistique inédit. Tout au long de sa carrière, David Wojnarowicz refusa de s’assigner un style, adoptant une grande variété de techniques dans un esprit toujours radical.

Son œuvre documente et éclaire une période sombre de l’histoire américaine : celle de la crise du sida et des conflits culturels des années 1980 et du début des années 1990. Mais David Wojnarowicz trouve aussi sa place parmi les voix iconoclastes qui, de Walt Whitman à William Burroughs, explorèrent les mythes américains, leur perpétuation, leurs répercussions et leur violence. Comme elles, il aborde des sujets atemporels : le sexe, la spiritualité, l’amour ou encore la perte. « Faire du privé quelque chose de public est un acte qui a d’innombrables ramifications », écrivait-il.

Vue de l’exposition David Wojnarowicz. History Keeps Me Awake at Night , 26.10.2019 — 09.02.2020, Mudam Luxembourg.  © Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg

1 / 5

Vue de l’exposition David Wojnarowicz. History Keeps Me Awake at Night , 26.10.2019 — 09.02.2020, Mudam Luxembourg © Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg

2 / 5

Vue de l’exposition David Wojnarowicz. History Keeps Me Awake at Night , 26.10.2019 — 09.02.2020, Mudam Luxembourg © Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg

3 / 5

Vue de l’exposition David Wojnarowicz. History Keeps Me Awake at Night , 26.10.2019 — 09.02.2020, Mudam Luxembourg © Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg

4 / 5

Vue de l’exposition David Wojnarowicz. History Keeps Me Awake at Night, 26.10.2019 — 09.02.2020, Mudam Luxembourg. © Rémi Villaggi | Mudam Luxembourg

5 / 5

Dans le cadre de l'exposition:

04.12.2019 | 18h30 Nothing Without Us: The Women Who Will End AIDS De Harriett Hirshorn (67min).

Ce documentaire unique retrace les contributions inestimables des femmes d’hier et d’aujourd’hui dans la lutte contre le sida. Des militantes, scientifiques et universitaires ont mis en lumière le fait que le sida n’était pas uniquement une maladie d’homme, blanc, homosexuel. Leurs actions aux États-Unis et en Afrique ont permis aux femmes malades du sida d’être enfin considérées et d’avoir droit aux traitements. Un combat qui va des centres de dépistage des ghettos en Louisiane à la première clinique VIH au Burundi. Un hommage à toutes les femmes qui ont contribué et continuent à se battre pour éradiquer cette maladie.

08.01.2020 | 18h30–20h00 Colours of AIDS. Carte blanche à Julien Ribeiro

Projections précédées d’une introduction de Julien Ribeiro. En français.

Blue est le douzième et dernier long métrage du réalisateur Derek Jarman, sorti quatre mois avant sa mort des suites de complications liées au sida. En raison de la maladie, le réalisateur était partiellement aveugle au moment de la sortie du film, sa vision se réduisant à des nuances de bleu. Ce film sous forme de testament consiste en un seul plan bleu qui sature l’écran, accompagné d’une bande son où l’on entend le cinéaste et certains de ses collaborateurs de longue date décrire sa vie et sa vision. EN | 79 min.

Red Red Red de David Oscar Harvey est un film personnel et politique sur une loi votée par l’État de l’Iowa qui restreint sévèrement les libertés sociales des personnes atteintes du sida. Éclectique dans sa présentation rhétorique, le film aborde des questions plus vastes telles que la situation actuelle de la politique queer et l’identité des personnes séropositives. EN | 25 min.

19.01.2020 | 15h00 Discussion avec Élisabeth Lebovici 

Élisabeth Lebovici, historienne de l'art, journaliste et critique d'art, auteure de Ce que le sida m'a fait, sera en discussion avec Christophe Gallois, curateur au Mudam. En français.

Programme complet: mudam.com

Retrouvez le Mudam Luxembourg sur Facebook Twitter Instagram