COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Management

Formation

Un mini MBA qui passe par les data sciences



246240.jpg

Martine George prodiguera la formation «Data science for marketing».  (Photo: David Plas)

Initié l’an dernier en collaboration avec la Solvay Brussels School of Economics & Management, le Paperjam Club relance son mini master en business administration (MBA) en septembre prochain. Deux thèmes seront abordés: «Leadership & Innovation» et «Data science for marketing».

Comment amener les nombreuses données disponibles dans chaque entreprise à faire évoluer la stratégie marketing? C’est le thème qui sera abordé durant les  quatre jours du mini master en business administration  (MBA), organisé dès novembre prochain par le Paperjam Club et la Solvay Brussels School of Economics & Management.

Un premier thème sera abordé via un MBA qui se tiendra les 23 et 24 septembre, 7, 8, 21 et 22 octobre et 4 et 5 novembre: Leadership & Innovation.

Le thème «Data science for marketing» sera quant à lui traité les 14 et 15 novembre, puis les 3 et 4 décembre.

Pour cette dernière formation, Martine George sera la conférencière qui aura la lourde tâche de rendre accessible et compréhensible le monde souvent obscur des data. Forte d’une expérience de plus de 25 ans dans le privé, elle enseigne aujourd’hui à la  Solvay Brussels School of Economics & Management .

Une grille de lecture pour comprendre les data

«La data science est une combinaison de techniques qui permettent de comprendre les bases de données et les outils pour les analyser. Nous développerons aussi la communication qui permet de traduire et vulgariser les détails de l’analyse, en adaptant son discours à l’audience. Les personnes qui suivent la formation auront acquis une grille de lecture des bases de données. Elles pourront ainsi déterminer quand ça pourrait être utile de les utiliser dans leur organisation», explique Martine George.

Pour la formatrice, la gestion des données fait partie du cœur de l’entreprise. Pourtant, ce domaine reste obscur pour les non-avertis. Le MBA a donc pour but d’ouvrir les esprits pour utiliser ces données au quotidien. «C’est une source potentielle d’aide à la décision. Elle peut intervenir dans la gestion des talents, la manière de voir le leadership, ou encore aider à monter des projets importants», détaille-t-elle.

Toutes les entreprises concernées

Martine George estime d’ailleurs que cette science concernera de nombreux travailleurs dans les années à venir. Elle touche en effet tous les secteurs de l’entreprise, même si, lors de ce MBA, ce sera le marketing qui sera approfondi.

«On peut prédire les risques de voir les clients partir à la concurrence, faire de la segmentation de clientèle basée sur les comportements. On peut combiner des données internes et externes pour analyser les profils. On peut construire des campagnes marketing plus efficaces en ciblant les personnes plus intéressées par les offres. On peut identifier des notions de ‘chair of wallet’, qui est la part de ce que le client a chez vous et chez d’autres clients.»

Autant d’outils qui permettent à une entreprise d’envisager le futur et la technologie plus sereinement. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’à la fin septembre