POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Pandémie

Dans les maisons de retraite: éviter à tout prix une propagation



La résidence des Parcs du troisième âge, à Bertrange, est au cœur de l’actualité, alors que 15 résidents y ont été contaminés et qu’une personne y est décédée. (Photo: Archiduc/archives)

La résidence des Parcs du troisième âge, à Bertrange, est au cœur de l’actualité, alors que 15 résidents y ont été contaminés et qu’une personne y est décédée. (Photo: Archiduc/archives)

Plusieurs résidents ont été testés positifs au Covid-19 dans des établissements de santé pour personnes âgées. Ils affirment tout mettre en œuvre pour protéger leurs pensionnaires, vulnérables, grâce à des mesures d’isolement.

Les établissements pour personnes âgées se retrouvent en grand danger, en pleine pandémie de Covid-19.

À la maison de retraite des Parcs du troisième âge, à Bertrange,  15 pensionnaires contaminés et un décès  ont été recensés, selon Reporter.lu. L'immeuble de la maison de retraite appartient à la commune qui avait été à l'initiative de sa création. La gestion est assurée par la 2014 la Fondation les Parcs du Troisième Age.

Le média en ligne rapporte les inquiétudes d’une soignante qui dénonce le fait qu’il n’y ait pas de dépistage systématique des soignants et personnes âgées. Un autre témoignage en interne recueilli par nos soins  nuance en indiquant que toutes les mesures avaient été prises plus tôt. Un étage est certes dédié au confinement dans l’établissement de Bertrange, mais les soignants peinent à encadrer les déplacements et les contacts entre personnes âgées, qui ne comprennent pas forcément la situation.

Six personnes contaminées chez Servior

Le gestionnaire de centres d’hébergement pour personnes âgées Servior annonce également un décès d’une personne testée positive au Covid-19. Elle avait été placée en quarantaine. La cause principale du décès n’a pas encore été déterminée. Il s’agissait d’une personne souffrant d’autres pathologies et qui revenait d’un séjour à l’hôpital.

«Nous sommes au maximum de protection», affirme Servior. Le gestionnaire dit avoir mis en place, dès le mois de février, des mesures de sensibilisation à l’intention des visiteurs pour éviter une propagation du virus. Il ajoute que son personnel, qui s’occupe de 1.650 résidents dans 15 centres d’hébergement, était déjà formé à leur protection en période d’épidémie, importante aussi chaque hiver lors des grippes.

Depuis plusieurs semaines, les visites extérieures ont été interdites. Dans les espaces communs, les distances de sécurité sont respectées. Des animations telles que les thés dansants ont été remplacées par d’autres qui n’impliquent pas de contact. Dans les établissements avec un service de restauration, le repas a été divisé en plusieurs services pour éviter d’avoir trop de monde en même temps.

En cas de symptôme chez un résident, ce dernier est mis en quarantaine en attendant les résultats de son test Covid-19. En plus de la personne décédée, six autres ont été contaminées, et restent donc dans leur chambre sans que leur état ne nécessite d’hospitalisation pour le moment. Neuf résidents présentant des symptômes du coronavirus attendent les résultats de leur test. Enfin, 120 pensionnaires ont été placés en quarantaine préventive parce qu’ils avaient été en contact avec l’une des 15 personnes présentant des symptômes. «C’est bien orchestré, avec une rigueur absolue», estime le groupe.

Le personnel en contact avec eux utilise gants et masques de protection. Servior emploie 2.030 salariés et ne note pas de taux d’absentéisme anormal en cette période.

Un mot d’ordre, le confinement général

«Les établissements pour personnes âgées ont déjà mis en place des mesures de sécurité renforcées bien avant les premiers décès. Le secteur suit strictement les consignes émises par les autorités. Les visites sont interdites depuis un moment, chaque soignant suspect est écarté des résidents, et chaque résident malade est isolé, et les soins sont dispensés selon des règles d’hygiène très strictes. Bien sûr que des cas groupés dans un établissement représentent une situation que tout prestataire craint, car la santé et la sécurité de nos résidents sont au cœur de nos préoccupations. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour protéger cette population particulièrement vulnérable», réagit la Copas, fédération de prestataires de services d’aide et de soins aux personnes âgées, malades, souffrant de troubles mentaux ou en situation de handicap.

Sur les sites de plusieurs établissements, on peut en effet lire des mesures similaires, comme sur celui de la maison de soins Elysis, située à Luxembourg-ville: «Nous avons tout mis en œuvre afin de protéger vos proches. Les visites de l’extérieur ne sont plus possibles, qu’il s’agisse des familles, des proches ou des fournisseurs.» Le groupe ZithaSenior leur demande de prendre des nouvelles par téléphone.

«Nous avons arrêté les visites. Nous portons des masques et opérons une distance d’un mètre avec les résidents, sauf pour les soins. Si l’un des membres du personnel présente des symptômes du coronavirus, il reste chez lui pendant 15 jours», témoigne une infirmière à la résidence An de wisen, à Bettembourg, qui accueillait 146 personnes en 2017. Pour l’instant, aucun des patients n’y a été testé positif ou ne présente de symptômes du Covid-19, selon elle.