LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Art contemporain

Dans les coulisses de Luxembourg Art Week 2021



En coulisse, la foire se prépare activement sur les stands. (Photo: Paperjam.lu)

En coulisse, la foire se prépare activement sur les stands. (Photo: Paperjam.lu)

La foire Luxembourg Art Week ouvre vendredi soir sur la place du Glacis à Luxembourg pour une nouvelle édition. En attendant, les exposants préparent leurs stands. Coup d’œil en coulisse.

C’est avec un plaisir non dissimulé que les exposants de Luxembourg Art Week s’activent sur leurs stands sous la tente au Glacis. En effet, cette édition 2021 marque le retour de la foire d’art contemporain en présentiel, après une édition 2020 qui n’a pu se tenir qu’en version virtuelle.

Cette année, pas moins de 80 galeries participent à la foire et viennent à la fois du Luxembourg, de la Grande Région, mais aussi de France, d’Allemagne, de Belgique… La construction éphémère de 5.000m2 a été montée pour accueillir la foire, qui ne peut se tenir, comme les années précédentes, à la halle Victor Hugo, toujours désignée, pour le moment, centre de vaccination contre le Covid-19. On y retrouve une sélection de galeries établies dans la partie Main section, des galeries émergentes (Take off) et sept galeries basées à Bruxelles dans la partie Focus.

À l’entrée, les éléments de décoration attendent d’être mis en place. (Photo: Paperjam.lu)

1 / 7

Sur les stands, tous les cartons ne sont pas encore déballés. (Photo: Paperjam.lu)

2 / 7

La foire se déroule sous le régime CovidCheck. (Photo: Paperjam.lu)

3 / 7

Déballées, les œuvres attendent d’être accrochées. (Photo: Paperjam.lu)

4 / 7

Certains exposants ne sont pas encore arrivés. (Photo: Paperjam.lu)

5 / 7

Le montage des œuvres est souvent l’affaire d’un travail d’équipe. (Photo: Paperjam.lu)

6 / 7

D’ici quelques œuvres, les stands seront prêts à accueillir les premiers visiteurs. (Photo: Paperjam.lu)

7 / 7

 

Autour des tentes, les passants peuvent également découvrir deux sculptures monumentales installées dans l’espace public. «Té Danzante (AP)», de Joana Vasconcelos, est une sculpture en forme de théière réalisée en fer forgé qui évoque le personnage de la reine Catherine de Bragance, d’origine portugaise, qui a répandu l’habitude de boire du thé en Europe. L’artiste invite les passants à entrer dans la théière et à prendre place sur les petits sièges pour y converser, comme à l’heure du thé.

Joana Vasconcelos a fait le déplacement pour inaugurer sa sculpture. (Photo: Paperjam.lu)

1 / 3

L’artiste a invité l’ambassadeur du Portugal à la rejoindre à l’intérieur de la théière. (Photo: Paperjam.lu)

2 / 3

Vue de la sculpture de l’artiste Maen Florin. (Photo: Paperjam.lu)

3 / 3

À côté de l’entrée, c’est la sculpture «Benjamin» de l’artiste anversoise Maen Florin, représentée par la galerie Nadja Vilenne, qu’il est possible d’admirer. L’artiste a choisi de représenter un personnage fantastique et intrigant, entre rêve et position méditative.

Du 12 au 14 novembre 2021, champs du Glacis à Luxembourg, billet journalier 15€, événement placé sous le régime CovidCheck, www.luxembourgartweek.lu .