ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Espionnage

Crypto AG, le secret suisse des États-Unis



308041.jpg

La technologie vendue par Crypto AG avait «prévu» des back doors pour permettre aux Américains et aux Allemands d’espionner tous les pays qui optaient pour leurs solutions de communication. (Photo: Shutterstock)

Des faiblesses de chiffrement ajoutées aux produits vendus par Crypto AG ont permis à la CIA et à son homologue allemand, le BND, d’écouter leurs adversaires et leurs alliés tout en gagnant des millions de dollars grâce aux ventes, ont révélé le Washington Post et la ZDF.

«C’était le coup d’État du renseignement du siècle», a conclu le rapport de la CIA. «Les gouvernements étrangers payaient beaucoup d’argent aux États-Unis et à l’Allemagne de l’Ouest pour le privilège de voir leurs communications les plus secrètes lues par au moins deux (et peut-être jusqu’à cinq ou six) pays étrangers.»

Dès les révélations  par les deux médias  de ces failles, ajoutées à de la technologie pour pouvoir écouter les conversations les plus secrètes de toute la planète, puisqu’à l’exception notable de la Chine et de la Russie, plus de 180 pays se fournissaient chez Crypto AG, la Suisse a ordonné une enquête.

C’est probablement ce qui fait que les Américains sont si méfiants à l’égard des technologies de Huawei, notent des experts.