POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Prévisions économiques

Une croissance économique plus lente, mais toujours stable



301070.jpg

Oliver Rakau, économiste en chef allemand et directeur adjoint de l’Europe à Oxford Economics, s’attend à une croissance «plutôt modeste» du commerce mondial d’environ 1,5%. (Photo: Matic Zorman)

Les taux de croissance du PIB, de l’emploi et de l’inflation du Luxembourg continueront à augmenter en 2020, bien qu’à un rythme plus lent que ces dernières années, selon les participants à la troisième table ronde sur les perspectives économiques organisée par le Statec et Oxford Economics.

Oxford Economics, organisme britannique de recherche et de conseil, et le Statec, le bureau de statistiques luxembourgeois, ont donné un aperçu des perspectives économiques mondiales et européennes, lors d’une conférence organisée le 21 janvier.

Oliver Rakau, économiste en chef allemand et directeur adjoint de l’Europe à Oxford Economics, a partagé plusieurs constats:

- La première phase de l’accord commercial entre la Chine et les États-Unis a «considérablement réduit» les risques de baisse et, avec moins d’incertitude, «les entreprises pourraient être moins prudentes dans leurs dépenses».

- Plus de clarté sur le Brexit signifie «moins d’incertitude», ce qui indique «peut-être que les entreprises investiront davantage au Royaume-Uni». Si les futures relations commerciales entre l’UE et le Royaume-Uni restent inconnues, il subsistera néanmoins une «incertitude permanente».

- Il s’attend à une croissance «plutôt modeste» du commerce mondial, d’environ 1,5 %, ce qui est «l’un des taux les plus faibles de ces dernières années».

- Oliver Rakau a prévu que l’Allemagne sortirait de la récession au début de 2020, ou «à peu près maintenant».

- L’incertitude persistera et freinera les investissements dans la zone euro, qui devraient augmenter de 1 à 2%, selon lui, les entreprises ayant repoussé leurs plans d’investissement, notamment en ce qui concerne les commandes de biens d’équipement en Allemagne.

«Effet Brexit»

De son côté, le Statec prévoit que l’économie luxembourgeoise croîtra de 2,4% cette année. À titre de comparaison, la croissance de l’économie luxembourgeoise devrait être de 2,8% en 2019, et de plus de 3% par an entre 1995 et 2018.

Les chercheurs du Statec font quant à eux les constats suivants:

- L’emploi dans le secteur financier a continué à augmenter, en partie à cause d’un «effet Brexit». Les  entreprises qui ont transféré leurs activités  au Luxembourg avant le Brexit ont créé environ 800 emplois (sur les quelque 2.000 nouveaux postes créés au cours des deux dernières années).

- Dans le secteur financier, les fonds d’investissement ont connu une bonne croissance, tandis que le segment bancaire a été beaucoup plus faible.

- Le secteur de la construction, qui emploie environ 10% de la main-d’œuvre luxembourgeoise et contribue à hauteur de 5% environ au PIB, continue de se développer, mais à un rythme relativement plus lent. Les patrons citent la pénurie de main-d’œuvre comme un défi majeur.

- Le prochain  cycle d’indexation  (augmentation automatique des salaires et des pensions) devrait avoir lieu dans environ 18 mois, soit au milieu de l’année 2021.

Retrouvez l’intégralité de l’article en version anglaise sur Delano .