POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

soutien du ministre

Des craintes pour l’avenir de BorgWarner 



BorgWarner, qui a repris Delphi Technologies au Grand-Duché, emploie environ 400 personnes. (Photo: Maison Moderne / Archives)

BorgWarner, qui a repris Delphi Technologies au Grand-Duché, emploie environ 400 personnes. (Photo: Maison Moderne / Archives)

Le syndicat OGBL a rencontré le ministre de l’Économie pour échanger sur l’avenir de BorgWarner au Grand-Duché. Ils souhaitent que l’équipementier automobile investisse sur le territoire.

L’OGBL s’inquiète de l’avenir de Delphi technologies, reprise par l’équipementier automobile américain BorgWarner en octobre.

L’effectif a déjà fortement diminué en dix ans, après plusieurs plans de maintien de l’emploi et plans sociaux, dont les derniers sont toujours en cours. Après la décision de délocaliser des activités vers l’étranger , seule la partie E&E (Electronics and Electrification) du groupe industriel devrait rester à Bascharage. Il y emploie environ 400 personnes actuellement, dans le domaine de la recherche et du développement.

«Les représentants des salariés ont fait part de leurs préoccupations, mais également de leurs revendications» quant au futur de ces activités, écrit l’OGBL dans un communiqué de presse. Le 27 octobre, une délégation du syndicat Services et énergie de l’OGBL a donc rencontré le ministre de l’Économie Franz Fayot (LSAP). Ce dernier aurait alors assuré aux représentants syndicaux que le gouvernement «soutient et encourage dans la mesure du possible BorgWarner pour développer ses activités dans le domaine de l’électrification au Grand-Duché.»

Il s’est également dit prêt à rencontrer les nouveaux dirigeants locaux après leur installation définitive au Luxembourg et à se déplacer, dès que la situation le permettra, aux États-Unis pour rencontrer la direction de BorgWarner. Il a aussi été convenu avec les représentants de l’OGBL de poursuivre le dialogue entamé à cette occasion.