POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Pandémie

La situation sanitaire se dégrade dans les pays voisins



En Belgique, plusieurs experts plaident à nouveau pour une limitation des contacts sociaux à cinq personnes au maximum. (Photo: Shutterstock)

En Belgique, plusieurs experts plaident à nouveau pour une limitation des contacts sociaux à cinq personnes au maximum. (Photo: Shutterstock)

Belgique, France, Allemagne: la nouvelle vague infectieuse de la pandémie de Covid-19 semble prendre toujours plus d’ampleur et paraît hors de contrôle. De nouvelles mesures sont donc attendues de l’autre côté des frontières du Luxembourg.

Avec les fêtes de fin d’année en point de mire, tout le monde retient son souffle. Mais force est de constater que la situation sanitaire ne cesse de se dégrader en Belgique, en France et en Allemagne. À une vitesse exponentielle. De nouvelles mesures devraient donc être annoncées dans les prochains jours.

Belgique

Fruit d’un vaste compromis politique, les mesures prises la semaine passée (4 jours de télétravail, renforcement du port du masque…) pour tenter de contrôler la pandémie étaient un pari. Qui semble déjà perdu. 

Les taux d’infection atteignent en effet des niveaux jamais vus jusque-là. La ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS), a déclaré à La Libre Belgique: «Nous sommes en alerte 5, ce qui correspond à un confinement. On essaie de tenir le cap sans fermer les secteurs, mais on voit que la situation est très critique, non seulement dans les hôpitaux, mais aussi avec le tracing, le testing et les reports d’hospitalisations.» À Bruxelles, son homologue Alain Maron (Écolo) a déclaré être très inquiet, car «les modèles prévoient, pour le moment, un pic dans les hospitalisations pour la mi-décembre, aux alentours de 1.000 lits en soins intensifs. Ce qui est une situation extrêmement tendue.»

Les consultations vont se multiplier ce jeudi, avec un nouveau comité de concertation vendredi.

Tandis que les gouverneurs de province demandent des décisions claires, les experts mettent une pression maximale sur les ministres. La fermeture de secteurs entiers n’est plus un tabou. Erika Vlieghe, infectiologue très respectée, estime que «ce n’est plus possible. Les généralistes disent qu’ils n’en peuvent plus. Les responsables du tracing ont de grandes difficultés à faire leur travail. Cela devient insupportable dans les hôpitaux aussi, et nous ne voyons aucune tendance à la stabilisation ou à la baisse des chiffres. Au contraire, ils montent en flèche. Il faut en finir avec les demi-mesures.»

Outre la fermeture de secteurs, l’obligation du télétravail à 100%, l’interdiction du sport en intérieur, le port obligatoire du masque dès 9 ans, et même à l’école, et la limitation des contacts à cinq autres personnes font partie des mesures que le secteur de la santé estime minimales.

France

Un conseil de défense sanitaire a eu lieu mercredi, face à une situation «qui se dégrade rapidement». Et cela alors que le virus va «continuer à augmenter dans les prochains jours et les prochaines semaines», a indiqué Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement.

Des mesures concrètes ont été décidées et ont été détaillées ce jeudi. 

Il n’y aura «ni confinement, ni couvre-feu, ni fermeture anticipée des commerces, ni limitation de déplacement», a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran (LREM).  Mais la campagne de vaccination va être dynamisée. Dès le 27 novembre, «le rappel vaccinal sera ouvert à tous les adultes dès cinq mois après leur dernière injection», a annoncé le ministre. Cette dose de rappel, faite dans les «sept mois après la dernière injection», deviendra obligatoire à partir du 15 janvier pour bénéficier du pass sanitaire. De plus, le port du masque redevient obligatoire dans tous les lieux fermés, même ceux où le pass sanitaire est d’application.

Allemagne

Le pays a passé la barre des 100.000 morts, a-t-il été annoncé, jeudi matin. 100.119 exactement, dont 351 au cours des dernières 24 heures.

Surtout, le nombre d’infections ne cesse d’augmenter, atteignant des records, tout comme le taux d’incidence.

Plusieurs régions ont rétabli de strictes restrictions pour endiguer la quatrième vague d’infections, la plus forte depuis l’apparition du virus. Mais l’Allemagne ne compte que 69% de sa population complètement vaccinée. 

Pour le moment, le gouvernement semble exclure l’idée d’un confinement national, et mise sur la généralisation du pass sanitaire dans les transports et de restrictions d’accès pour les non-vaccinés, pour des lieux culturels, par exemple, et la vaccination.

Le risque de saturation de plusieurs hôpitaux pourrait cependant accélérer la prise de mesures plus strictes, ont indiqué des proches du futur chancelier Olaf Scholz .