POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Mobilité

Covid et congés perturbent les trains des frontaliers



Le début d’année s’avère compliqué sur le rail entre la France et le Luxembourg. (Photo: Maison Moderne/Archives)

Le début d’année s’avère compliqué sur le rail entre la France et le Luxembourg. (Photo: Maison Moderne/Archives)

La crise sanitaire provoque une réduction de 10% du trafic pour les TER de la région Grand Est. Sont concernés les trains qui relient Metz et Nancy au Luxembourg, avec quelques suppressions en heures de pointe. Rien à signaler du côté des CFL. Ni à la SNCB pour les frontaliers belges.

Contamination au Covid-19 ou isolement: une partie des effectifs du Grand Est est absente en raison de la crise sanitaire, annonce la SNCF. Avec des conséquences pour les frontaliers qui prennent le train depuis et vers Metz ou Nancy, ou entre Nancy et Longwy. L’impact concerne «toute la région».

Cela a commencé en fin d’année 2021 et doit se poursuivre au moins jusqu’au 14 janvier 2022, confirme la ligne d’information dédiée. En tout, «10% de la circulation est réduite». Elle ne peut cependant dire à l’avance qu’un train en particulier sera annulé sur toute la période alors qu’un autre continuera de rouler. «La situation peut évoluer. Mon conseil est de regarder la veille au soir à 17h pour le lendemain sur le site TER Grand Est ou sur l’Assistant SNCF, qui sont régulièrement mis à jour».

Le train de 18h09 supprimé

En attendant, le site internet n’indique plus les trains de 6h18 et de 7h36 le matin entre Thionville et Luxembourg sur sa fiche d’horaires pour la période, par exemple. De même, celui de 18h09 vers Metz semble supprimé entre le 3 et le 14 janvier 2021, alors qu’il revient si on recherche après le 14. En recherchant sur cfl.lu , les mêmes trains ont disparu pour le mardi 4 janvier, mais pas encore pour les dates ultérieures.

La crise sanitaire a-t-elle un impact similaire sur le personnel des trains luxembourgeois? «À l’heure actuelle, non», selon les CFL. «Évidemment, nous n’avons pas de boule de cristal et surveillons de très près la situation. Nous continuons de désinfecter tous les jours les trains, les bus et les surfaces de contact à un rythme renforcé pour la sécurité de nos collaborateurs et de nos clients.»

Côté belge, la crise sanitaire n’a «pas d’impact sur le trafic vers et depuis le Luxembourg», annonce la SNCB. Tout en rappelant que «nous sommes encore en horaires de vacances», ce qui explique la diminution du nombre de trains jusqu’au 9 janvier. «Comme chaque année, la SNCB adapte son offre en raison de la diminution du nombre de passagers durant cette période. La plupart des trains qui roulent aux heures de pointe ne circulent donc pas. Toutes les adaptations d’horaires se trouvent sur le planificateur de voyages de la SNCB .» En revanche, la crise sanitaire a bien un impact sur d’autres trains en Belgique. Début décembre, la SNCB avait même été obligée de supprimer une centaine de trains, dont certains vers le Luxembourg, arrêtés actuellement en raison des vacances. Reste à savoir à quel rythme ils reprendront à la rentrée belge.