PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

réclamation des restaurateurs

La pandémie, un cas exclu pour les assureurs



Au Luxembourg, AXA et Foyer disent avoir reçu des demandes de restaurateurs pour des indemnisations liées à la fermeture pour raisons sanitaires. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Au Luxembourg, AXA et Foyer disent avoir reçu des demandes de restaurateurs pour des indemnisations liées à la fermeture pour raisons sanitaires. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Alors qu’en France, un restaurateur a obtenu gain de cause en justice face à son assureur pour les pertes subies dans la foulée du coronavirus, certains ont tenté le coup au Luxembourg. Sans pour autant pouvoir prétendre à des indemnisations. Explications.

En France, des restaurateurs sollicitent leurs assureurs pour être indemnisés suite aux pertes de revenus engendrées par les mesures sanitaires prises dans la foulée de la pandémie de coronavirus. Ce phénomène est-il observé au Luxembourg?

«Oui, nous avons eu des demandes de certains de nos clients pour savoir si leurs couvertures en perte d’exploitation comprenaient le risque pandémie. Cependant, les contrats standards commercialisés au Luxembourg sont très clairs: ils couvrent les pertes du chiffre d’affaires consécutives à un incendie, une tempête ou un dégât des eaux, ce qui exclut la pandémie», répond AXA Luxembourg.

«Du côté de Foyer, nous avons eu quelques demandes, mais les avons toutes refusées. Comme chez tous les assureurs, la pandémie est exclue de nos conditions d’assurance horeca», répond 
Jean Zenners, directeur Sinistres chez l’assureur basé à Leudelange. Celui-ci assure néanmoins avoir instauré des dispositifs, «y compris des délais de paiement pour aider nos clients dans cette période difficile».

La compagnie AXA est sous le feu des projecteurs depuis quelques jours, et cette décision du tribunal de commerce de Paris qui a donné gain de cause à un restaurateur face à AXA France.

«Cela résulte d’un contrat avec des conditions spécifiques souscrit par quelques centaines de professionnels de la restauration», précise Mathieu Lafond, chargé de communication chez AXA Luxembourg.

Bref, ce type de contrat serait plutôt l’exception à la règle en France, et même inconnu au bataillon de ce côté-ci de la frontière. «Nous n’avons pas de clauses spécifiques comme celles souscrites par certains restaurateurs en France», insiste AXA Luxembourg.

Même son de cloche pour Lalux qui précise ne pas avoir eu de demandes d’indemnisation de la part des restaurateurs assurés. Des demandes liées au coronavirus? «Ce n’est pas garanti par nos conditions générales», répond sa porte-parole Maud Lamborelle.

Du côté de l’Aca, son administrateur délégué Marc Hengen temporise: «Il ne faut pas faire d’un cas isolé une tendance». Et d’ajouter qu’AXA France a interjeté appel du jugement, ce qui implique qu’il ne peut pas – à ce stade – faire jurisprudence.