POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Publication du Global risks report 2021

Le Covid-19 fragilise le monde



Le Forum économique mondial sur les conséquences de la pandémie. (Photo: Shutterstock)

Le Forum économique mondial sur les conséquences de la pandémie. (Photo: Shutterstock)

Dans la 16e édition de son Global Risks Report, le Forum économique mondial alerte sur le creusement des inégalités induit par la pandémie.

Le Forum économique mondial (WEF, pour World Economic Forum) publie un Global Risks Report depuis 2006. Et dans cette première livraison, il mentionnait les risques que pouvait faire courir à la planète une pandémie mondiale. Pour cette 16e édition, la prophétie est devenue réalité.

Avec des conséquences qui alarment les experts du Forum: remise en cause des progrès faits ces dernières années en matière de réduction de la pauvreté et des inégalités, et affaiblissement de la cohésion sociale et de la coopération mondiale. Autant de bombes à retardement face aux risques majeurs que demeurent les cyberattaques, les armes de destruction massive et le dérèglement climatique. Le rapport porte une attention toute particulière à la menace critique que constitue la désillusion des jeunes générations, laissées pour compte dans les réponses apportées à la crise du Covid.

«Une génération de jeunes doublement disloquée émerge dans une période d’opportunités manquées», peut-on lire dans le rapport.

Question de tempo

Pour la première fois, le rapport a classé les risques selon un calendrier qui indique quand ils menaceront le monde de manière critique. Dans les deux ans qui viennent, les personnes interrogées mettaient, sans surprise, au premier rang de leurs préoccupations les dangers liés aux maladies infectieuses. Sont ensuite évoqués les moyens de subsistance, la crise de l’emploi, le creusement des inégalités numériques, la désillusion des jeunes, la stagnation économique, l’érosion de la cohésion sociale et les attentats terroristes.

Dans les trois à cinq ans, les menaces les plus perçues sont un mix entre les risques économiques et les risques technologiques, tels que l’éclatement de la bulle des personnes actives, la défaillance des infrastructures informatiques, l’instabilité des prix et la crise de la dette. Et à long terme, ce sont de véritables «menaces existentielles» qui préoccupent les gens, à savoir l’échec de l’action climatique et les risques environnementaux qui en découlent, les armes de destruction massive, la faillite ou le déclin de l’État et les progrès technologiques préjudiciables. Des menaces contre lesquelles il n’existe pas de vaccin.

Autant de risques qui apparaissent non seulement comme de plus en plus probables, mais aussi dont les impacts économiques et géographiques apparaissent potentiellement comme de plus en plus forts et déstabilisants.

Le Covid-19 comme circonstance aggravante

Dans ce contexte, le Covid-19 apparaît comme un élément perturbateur qui empêche une réponse globale à ces défis, en accentuant les divergences existantes entre les politiques sanitaires, économiques et de numérisation. «Les lignes de fracture sociétales, l’incertitude et la peur rendent difficile la coopération nécessaire pour faire face à la détérioration continue de notre planète.» Les quelque 2 millions de morts et les 495 millions d’emplois perdus lors de la première vague apparaissent presque comme anecdotiques.

Parmi les impacts immédiats les plus nocifs pour l’avenir, le WEF met en exergue les inégalités sociales et économiques, qui devraient se creuser. Le Forum estime que seulement 28 économies ont absorbé le choc et devraient rapidement renouer avec la croissance.

«Des milliards de soignants, de travailleurs et d’étudiants – en particulier les minorités, qui étaient défavorisées avant la pandémie – risquent aujourd’hui de passer à côté des canaux d’accès à des sociétés nouvelles et plus équitables qui pourraient débloquer la reprise. En ce qui concerne l’accès aux technologies et aux compétences numériques, le fossé entre les ‘have’ et les ‘have not’ risque de se creuser davantage, et la cohésion sociale sera mise à mal. Ces inégalités potentielles conduiront à une fragmentation sociale aux perspectives géopolitiques fragiles qui entravera la reprise mondiale tant que les puissances moyennes n’auront pas pris place à la table des négociations», détaille le rapport.

La jeunesse est un autre sujet d’inquiétude. «La désillusion des jeunes a été largement ignorée par la communauté mondiale, malgré la menace critique qu’elle représente», critique le Global Risks Report. Les jeunes adultes du monde entier sont confrontés à une deuxième crise mondiale en peu de temps. «Une génération déjà exposée à la dégradation de l’environnement, aux effets de la crise financière, à la montée des inégalités et aux perturbations dues à la transformation industrielle, et qui entre dans une ère glaciaire sur le marché du travail. Ils doivent faire face à des défis qui menacent leur formation, leurs perspectives économiques et leur santé mentale.»

De quoi largement justifier une perte de confiance dans les institutions économiques et politiques actuelles.