POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

notre série «un an de pandémie au Luxembourg»

Un coup d’œil dans le rétro pour envisager sereinement le futur



Le 12 mars 2020, la nouvelle ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) et le Premier ministre Xavier Bettel (DP) donnent leur première conférence de presse commune autour de la situation sanitaire. De nombreuses autres suivront ensuite. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/Archives)

Le 12 mars 2020, la nouvelle ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) et le Premier ministre Xavier Bettel (DP) donnent leur première conférence de presse commune autour de la situation sanitaire. De nombreuses autres suivront ensuite. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/Archives)

À partir de ce dimanche et tout au long de la semaine, Paperjam proposera une série d’articles consacrés à cette première année totalement mise sens dessus dessous par la pandémie de Covid-19. Voici les choix de la rédaction.

Le temps passe vite. Très vite, souvent. Trop vite, parfois. Et avec lui, les souvenirs s’estompent ou disparaissent. Celui-là, en tout cas, je m’en souviens bien. Nous sommes le samedi 29 février 2020 et les rédactions reçoivent une invitation urgente à un point presse organisé par la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) et le directeur de la Santé, Jean-Claude Schmit . On ne se doute pas encore que l’on reverra très souvent ce duo au cours des semaines à venir. L’intitulé du mail est succinct, mais ne laisse pas de place au doute. Alors que le premier patient européen souffrant du Covid-19 a été identifié dans la région de Bordeaux dès le 21 janvier, après son retour de Wuhan, en Chine, il semble que ce soit au tour du Luxembourg de rendre public un premier cas infectieux .

Quelques heures plus tard, les autorités nationales le confirment. Et depuis lors, le «monde d’avant» a laissé place au «monde Covid», en attendant le «monde d’après» que chacun espère avec impatience.

Ce fut une année pas comme les autres, évidemment. Grise, et même souvent noire. Pour marquer ce cap, nous aurions pu revenir sur le tragique bilan humain, les statistiques des infections, la souffrance des malades, la fatigue des soignants, les pénuries de masques ou de seringues, les restaurants qui ferment et les bureaux qui se vident, les faillites ou les entrepreneurs qui ne savent plus à quel saint se vouer, les centres de dépistage qui se multiplient… Autant de thèmes qui ne vous laissent pas indifférents, qui ne nous laissent pas indifférents, et qui resteront parmi nos préoccupations dans les semaines et mois à venir.

Mais il n’y a pas que cela. Après une discussion comme on les aime au sein de la rédaction de Paperjam, décision a été prise de se positionner de manière résolument optimiste, malgré le contexte, et de l’assumer.

Au fil de cette semaine, vous pourrez donc découvrir, notamment, le témoignage de ce très grand patron qui a été un des premiers cas infectieux du pays et qui nous livre son vécu et son analyse de la crise. Vous aurez aussi des nouvelles de ces néo-entrepreneurs que le Covid n’a pas su abattre, mais qui ont su penser «out of the box» pour passer les écueils. On évoquera également ces jeunes (et moins jeunes) qui ont su fédérer des talents individuels pour les mettre au service du collectif, ou encore tout ce qui a changé (en bien) dans vos vies au cours de ces derniers mois. 

Ce sera donc un coup d’œil dans le rétroviseur, c’est vrai. Mais avec l’ambition de (re)mettre en évidence ces éléments qui nous permettent d’envisager le futur avec sérénité, plutôt que de subir une peur rétrospective à la vue du passé.