POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

coronavirus

Le coronavirus impose à Luxair de voler à vue



Pour le moment, Luxair maintient ses vols vers toutes ses destinations. (Photo: Luxair/archives)

Pour le moment, Luxair maintient ses vols vers toutes ses destinations. (Photo: Luxair/archives)

Luxair fait tout pour minimiser l’impact de l’épidémie de coronavirus sur ses clients et son personnel. Mais l’évolution de la situation internationale lui impose de voler à vue et de s’adapter au jour le jour.

Les effets de l’épidémie de coronavirus impactent maintenant sérieusement le transport aérien. Lufthansa vient ainsi de décider de clouer au sol 150 de ses avions, 25 gros porteurs et 125 avions courts et moyens-courriers. Virgin Atlantic a annoncé des reports de vols et repoussé l’ouverture de sa ligne Londres-São Paulo. British Airways a annulé 200 vols, Ryanair supprimé des liaisons de et vers l’Italie, United Airlines a annoncé renoncer à 10% de ses vols intérieurs et 20% de ses vols internationaux dans les prochains mois…

De son côté, Air France a indiqué permettre à ses clients de reporter ou d’annuler sans frais tous les voyages réservés avant le 31 mars et prévus entre le 3 mars et le 31 mai.

Le malaise se traduit dans les cours de bourse pour les compagnies cotées: Air France-KLM a perdu 40% de sa valeur depuis le 19 février! Le virus Covid-19 pourrait coûter entre 63 et 113 milliards de dollars au total au secteur, selon un communiqué de l’ Association internationale du transport aérien .

Des révisions éventuelles de fréquence

Chez Luxair, on avoue que «la situation est évidemment assez compliquée. Néanmoins, pour le moment, nous assurons les vols vers toutes nos destinations. Il peut cependant y avoir des annulations ponctuelles en fonction de l’évolution de la situation.»

Un double problème se pose. D’une part, «on note moins de réservations pour le moment», et, d’autre part, «certaines personnes qui ont des billets flexibles reportent leur vol». Or, comme le souligne Luxair, «voler doit avoir du sens, aussi économiquement. Il n’y a donc pas de suppression de ‘routes’ pour le moment, mais potentiellement de ‘fréquence’ de vols.» Un vol peut possiblement être supprimé s’il est déserté par les voyageurs.

Un «business continuity plan»

Le conseil donné par Luxair est de «bien se renseigner sur le site internet», tout en rappelant qu’un système d’alerte aux voyageurs existe aussi et est efficace. Tout est en tout cas fait pour préserver les clients, mais «nous dépendons aussi des décisions des autorités, et nous sommes très attentifs. La situation évolue jour après jour, et nous devons nous adapter selon les circonstances.»

Quant au personnel de la compagnie, il a évidemment été sensibilisé aux bonnes pratiques à suivre. «Nous avons au sein de l’entreprise des ‘business continuity plans’ qui nous guident dans la manière de réagir dans des situations de crise. Un des scénarios prévoyait une situation comme celle connue actuellement. Nous étions donc prêts. Nous avons des stocks de produits, des briefings sont donnés, nous savons comment désinfecter un avion si nécessaire…», conclut la compagnie.