POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Controverses

Corinne Cahen demande la saisine du comité d’éthique



284788.jpg

Xavier Bettel avait soutenu sa ministre dans une réponse parlementaire. La demande de Corinne Cahen va lui permettre de saisir le comité d’éthique sans revenir sur sa position. (Photo: Matic Zorman / Archives)

La ministre de la Famille a demandé au Premier ministre que soit saisi le comité d’éthique pour statuer sur son respect du code de déontologie du gouvernement. Et ce, suite à la révélation de son e-mail envoyé à l’UCVL ainsi qu’à la location d’un logement sur Airbnb.

Corinne Cahen espère faire retomber la pression. La ministre de la Famille, par ailleurs présidente du DP, a franchi la limite du mélange des genres et surtout du conflit d’intérêts dans le cadre de deux controverses, selon l’opposition.

La première concerne un e-mail envoyé le 11 avril dernier à l’Union des commerçants de la Ville de Luxembourg (UCVL) en tant que propriétaire de l’entreprise familiale Chaussures Léon, mais avec l’adresse électronique ministérielle. Une maladresse évidente que Mme Cahen a reconnue lundi dernier, dans la foulée de la révélation de cet e-mail .

L’e-mail portait sur le manque de communication et autres actions de promotion pour aider les commerces de l’avenue de la Liberté (où est situé Chaussures Léon) le temps des travaux nécessaires pour la mise en place du tram qui entravent leurs accès. Avec des répercussions sur le chiffre d’affaires.

La deuxième affaire est relative à la location d’une partie de sa maison sur Airbnb, mentionnée en janvier dernier dans un article de nos confrères de RTL 5 Minutes et remise sur le devant de la scène samedi lors du congrès du CSV .

«Des intérêts partisans et des attaques personnelles»

Lundi, la ministre a rédigé un courrier au Premier ministre  Xavier Bettel (DP) qu’elle a partagé sur les réseaux sociaux. Elle souhaite que le comité d’éthique chargé de vérifier si un membre du gouvernement a, le cas échéant, enfreint le code de déontologie  soit réuni. Il ne peut le faire que sur demande du gouvernement.

Dans une réponse parlementaire publiée mardi 5 novembre, Xavier Bettel avait estimé que les règles du code de déontologie n’avaient pas été bafouées . Vendredi, les quatre partis d’opposition ont signé une lettre commune pour faire état de leur étonnement à la lecture de la réponse du chef du gouvernement .

Le comité d’éthique est composé et formé de «sages» de la vie publique et politique à savoir les anciennes ministres Colette Flesch (DP) et Marie-Josée Jacobs (CSV) ainsi que du juge honoraire et ancien membre de la Cour de justice de l’Union européenne, Romain Schintgen.

Un avis du comité d’éthique qui devrait permettre d’«objectiver la discussion actuelle qui est entachée d’intérêts partisans et d’attaques personnelles insensées», souligne Corinne Cahen, qui précise n’avoir jamais caché la propriété de l’entreprise qu’elle ne dirige plus au quotidien et s’être faite également la porte-parole des commerçants inquiets par les travaux du tram.

Chacun doit pouvoir retrouver son métier d’origine et/ou son entreprise.

Corinne Cahen,  Ministre de la Famille et propriétaire de l’entreprise Chaussures Léon

C’est donc aussi en tant qu’ancienne présidente de l’UCVL qu’elle a contacté le directeur de Luxtram, André Von der Marck , son successeur à l’UCVL  Guill Kaempff  ainsi que la directrice, Anne Darin-Jaulin:

En clôture de la lettre adressée à Xavier Bettel, Corinne Cahen mentionne que la location d’un logement sur Airbnb ne doit pas être perçue comme une activité commerciale, renvoyant à une réponse parlementaire du 10 avril 2019 signée par le ministre des Finances ( Pierre Gramegna - DP), le ministre de l’Économie ( Étienne Schneider – LSAP) et le ministre des Classes moyennes ( Lex Delles – DP).

Et de conclure son courrier en estimant que «chaque citoyen doit pouvoir faire de la politique, peu importe son métier d’origine. (…) Il paraît dès lors évident qu’après un mandat politique, et afin de ne pas être dépendant de ce mandat, tout un chacun doit pouvoir retrouver son métier d’origine et/ou son entreprise.»