POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Initiative européenne

Coordonner les autorisations de voyage au niveau de l’UE



La Commission veut une meilleure coordination pour une meilleure information destinée aux voyageurs. (Photo: Shutterstock)

La Commission veut une meilleure coordination pour une meilleure information destinée aux voyageurs. (Photo: Shutterstock)

La Commission européenne fait une proposition de recommandation afin de mettre un peu d’ordre dans les interdictions de voyager d’un pays à l’autre. Elle souhaite voir s’instaurer une coordination au niveau européen.

Face à la cacophonie des restrictions et interdictions de circulation dans certains pays d’Europe en raison de la résurgence du coronavirus, la Commission européenne vient d’adopter une proposition de recommandation qui devra être débattue et adoptée par le Conseil dans les prochaines semaines.

Pour plus de clarté et de prévisibilité, la Commission propose que les États membres fournissent un ensemble de données de manière hebdomadaire au Centre européen de prévention et de contrôle des maladies .

Elle propose que tous les États qui affichent un taux hebdomadaire de dépistage supérieur à 250 pour 100.000 personnes ne restreignent pas la liberté de circulation pour les voyageurs d’un autre État membre quand le nombre de cas est inférieur ou égal à 50 pour 100.000 personnes sur une période de 14 jours ou si le pourcentage de tests positifs parmi l’ensemble des tests Covid-19 effectués dans une zone donnée est inférieur à 3%.

Code couleur, quarantaine et tests

La Commission propose aussi le recours à un code couleur commun géré également par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Basée sur quatre couleurs (vert, orange, rouge et gris), la carte serait mise à jour chaque semaine.

Elle souhaite encore une approche commune à l’égard des voyageurs en provenance de zones à haut risque. L’idée est de ne pas interdire l’entrée sur un territoire mais de soumettre à une quarantaine de 14 jours ou à un test Covid à son arrivée chaque personne venant d’une zone rouge ou grise (manque d’information).

Enfin, chaque État devrait communiquer de manière hebdomadaire aux États partenaires ou à la Commission les mesures de restrictions qu’il envisage d’appliquer ou de lever. Elles devraient être notifiées une semaine avant leur entrée en vigueur.