ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

Fin du congé collectif

Construction: dépistés pour la rentrée



Au total, 35.000 salariés des secteurs de la construction et du nettoyage seront dépistés sur base volontaire . ( Photo: F é lix Giorgetti/Linkedin )

Au total, 35.000 salariés des secteurs de la construction et du nettoyage seront dépistés sur base volontaire . ( Photo: F é lix Giorgetti/Linkedin )

La reprise des activités après le congé collectif est marquée cette année par une campagne de dépistage du Covid-19. Cette semaine, 15% des effectifs dans la construction et le nettoyage sont concernés.

Après un congé collectif pas comme les autres, place à une reprise pas comme les autres: pour les salariés du promoteur Félix Giorgetti , la rentrée a débuté par un dépistage du coronavirus au sein même de l’entreprise.

«On a organisé cela pour que tout le monde soit prêt à la rentrée», explique Félix Giorgetti, project development auprès de l’entreprise familiale. Dimanche et lundi, celle-ci a testé 700 collaborateurs sur base volontaire. Pour ce faire, des tentes ont été installées dans son centre logistique avec une infirmière et une assistante toutes les deux chargées de réaliser les prélèvements.

Le premier bilan fait état d’une dizaine de contaminations au Covid-19, la plupart asymptomatiques. «Il n’y a pas d’impact sur les chantiers ni de risque d’infection pour les autres salariés, car ces personnes n’ont pas été en contact», les tests ayant été réalisés avant le retour aux activités, précise Félix Giorgetti.

Chez Félix Giorgetti, le dépistage a été organisé en interne LinkedIn

Chez Félix Giorgetti, le dépistage a été organisé en interne LinkedIn

D’autres tests à venir

Au total, 35.000 des 60.000 salariés actifs dans la construction et le nettoyage sont concernés par ce testing massif, soit 55% de la masse salariale. Selon la Chambre des métiers , l’opération se déroule en deux phases avec, cette semaine, des prélèvements opérés sur 15% de la population puis sur 40% dans la quinzaine à venir. «Bien sûr, le salarié se teste sur base volontaire, mais il est très encouragé par son chef d’entreprise», précise l’institution.

«Il y a deux solutions: soit l’entreprise organise le test elle-même, soit c’est organisé via le ministère de la Santé avec des vouchers qui sont remis aux collaborateurs pour se faire tester dans les centres de dépistage», précise Patrick Koehnen, secrétaire général adjoint à la Fédération des artisans . Dans le cadre de gros employeurs comme Félix Giorgetti, l’organisation en interne est de mise avec déjà de nouvelles campagnes de test prévues d’ici quelques semaines. On n’est jamais trop prudent.