ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Gérard Hoffmann (Président honoraire d’ICTLuxembourg)

«La connectivité doit être considérée comme critique»


Retour au dossier

Gérard Hoffmann: «Le pays a besoin d’une meilleure coordination nationale, à considérer comme un axe de la Défense nationale, qui, par la même occasion, contribue à la préservation de l’économie et de ses acteurs.» (Photo: Maison Moderne)

Gérard Hoffmann: «Le pays a besoin d’une meilleure coordination nationale, à considérer comme un axe de la Défense nationale, qui, par la même occasion, contribue à la préservation de l’économie et de ses acteurs.» (Photo: Maison Moderne)

Président honoraire d’ICTLuxembourg, Gérard Hoffmann revient sur l’importance pour le Luxembourg de rester à la pointe en matière de connectivité, avec le maintien de son réseau fibre, le déploiement de la 5G et une politique de cybersécurité renforcée. Au-delà de cela, M. Hoffmann est d’avis qu’il faut permettre aux acteurs de s’approprier les technologies émergentes pour mieux contribuer à l’économie de demain.

«La télécommunication est aujourd’hui un élément critique à l’échelle de la société. Sans la connectivité qu’elle soutient, pas de collaboration, pas de télétravail, pas de recours possible aux nombreuses applications que nous utilisons quotidiennement», explique Gérard Hoffmann, président honoraire d’ICTLuxembourg, structure faîtière rassemblant les diverses fédérations du secteur ICT au Luxembourg. «Le choc provoqué par la pandémie nous a révélé combien nous étions dépendants d’une bonne connectivité et des défis qu’il y avait à la maintenir, notamment si l’on considère les aspects de cybersécurité.»

S’adapter aux nouveaux besoins

À l’échelle du Luxembourg, les opérateurs télécoms peuvent s’appuyer sur un réseau fibre parmi les plus évolués. Celui-ci, aujourd’hui, soutient les besoins d’une société de plus en plus numérique. S’appuyant sur cette infrastructure, les acteurs du marché s’outillent et déploient des offres pour soutenir les organisations locales, garantissant le maintien de leurs opérations, supportant leurs efforts de digitalisation.

«D’importants efforts ont été consentis, durant la crise, pour s’adapter aux nouveaux besoins des entreprises, notamment pour sécuriser les connexions à distance et préserver les acteurs de toute éventuelle recrudescence de la menace informatique», poursuit Gérard Hoffmann. Le dirigeant, à ce niveau, évoque notamment des solutions de mitigation du trafic illégitime dans le cadre d’attaques DDoS ou encore la mise en place de Security Operation Center, permettant d’identifier plus efficacement les attaques et de réagir en conséquence.

Mieux coordonner l’effort en cybersécurité

«La sécurité informatique reste un point d’attention particulier, comme nous l’avons rappelé récemment au Premier ministre, aussi en charge de la digitalisation, des communications et des médias, lors de la visite annuelle de notre association», poursuit le représentant d’ICTLuxembourg. «En la matière, nous pensons que le pays a besoin d’une meilleure coordination nationale, à considérer comme un axe de la Défense nationale, qui, par la même occasion, contribue à la préservation de l’économie et de ses acteurs. Il faut un leadership public plus fort sur ce sujet.»

La 5G, partout au Luxembourg d’ici deux ans

Lorsque l’on évoque les télécommunications, un autre axe de développement important pour le pays est le déploiement de son réseau 5G. «Aujourd’hui, le réseau est en cours de déploiement. Il faudra encore un an ou deux pour couvrir l’ensemble du territoire national», poursuit Gérard Hoffmann. «Durant cette période, l’enjeu est d’explorer avec les acteurs économiques locaux les possibilités nouvelles que permet la technologie au-delà de la nécessité d’étendre la capacité du réseau, d’offrir une meilleure bande passante et un temps de latence réduit.»

Allier la 5G aux autres technologies

Pour Gérard Hoffmann, la 5G doit être envisagée comme un support au déploiement d’autres technologies, comme le cloud, la data analytics, les objets connectés. «C’est l’émergence d’un nouvel écosystème d’outils concomitamment au déploiement de la 5G qui doit permettre d’envisager de nouvelles expériences et des utilisations innovantes de la technologie», poursuit-il. «La 5G ouvre un champ de nouvelles possibilités, comme la capacité de mettre en œuvre des réseaux mobiles dédiés avec un niveau de qualité de service garanti. Il faudra cependant encore quelques années pour considérer les nouveaux besoins et tirer pleinement profit des avantages de la technologie.»

À moyen terme, créer de nouvelles expériences

À court terme, les consommateurs vont pouvoir apprécier les capacités de nouveau réseau, qui pourrait potentiellement supplanter le recours au WiFi. À ce niveau, la 5G permet de garantir une expérience homogène et continue, entre l’utilisation faite de la connectivité à la maison ou au bureau et l’expérience vécue en déplacement. «À moyen terme, la 5G doit permettre d’innover, de créer de nouvelles expériences», explique Gérard Hoffmann. «Des changements considérables pointent à l’horizon, notamment avec l’émergence des metaverses. Ce nouveau monde va considérablement enrichir les interactions virtuelles. Aujourd’hui, des sociétés viennent nous présenter ce à quoi pourraient ressembler les utilisations de ces univers numériques, et je dois dire que c’est bluffant et très disruptif.»

Mieux soutenir l’innovation

Avec ces évolutions, une nouvelle économie naît. Au départ du Luxembourg, un défi sera de permettre aux acteurs économiques de se positionner en son sein. Dans cette perspective, pour Gérard Hoffmann, il faut davantage soutenir l’innovation et la digitalisation, particulièrement au niveau des PME. «Il est important de permettre à ces acteurs, grâce à des soutiens publics, en s’appuyant sur les opérateurs, d’explorer les possibilités et d’établir des proofs of value des projets envisagés. C’est aujourd’hui essentiel si l’on veut permettre à l’économie de se moderniser.»