POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

AGRICULTURE

La grippe aviaire aux frontières du Luxembourg



Les autorités luxembourgeoises n’expriment pas d’inquiétude, alors que la grippe aviaire fait son retour en Europe. (Photo: Shutterstock)

Les autorités luxembourgeoises n’expriment pas d’inquiétude, alors que la grippe aviaire fait son retour en Europe. (Photo: Shutterstock)

Le retour de la grippe aviaire à nos frontières entraîne un confinement des volailles. Au Luxembourg, où le dernier épisode de cette pandémie remonte à juin 2017, le ministre de l’Agriculture se veut rassurant.

45 départements français sont classés en risque «élevé» d’introduction de l’influenza aviaire par des oiseaux migrateurs. Principalement les départements traversés par des couloirs de migration, dont de nombreux situés en région Grand Est: Moselle, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Haut-Rhin, Bas-Rhin et Haute-Marne.

Conséquence, les éleveurs doivent confiner leurs animaux ou poser des filets de protection, afin d’empêcher tout contact avec les migrateurs. Il est également interdit de rassembler des volailles sur les marchés, tout autant que ne sont plus autorisés les lâchers de gibiers à plumes par les chasseurs.

Le ministère de l’Agriculture français parle dans un communiqué d’une évolution «défavorable» du virus en Europe et d’une «dynamique d’infection qui s’emballe».

Le virus H5N8, sous-type de la grippe A, est présent en Europe depuis décembre 2019. Les principaux foyers actuellement répertoriés se trouvent en Russie, au Kazakhstan et en Israël. Mais des cas sont désormais déclarés dans le nord de l’Allemagne et aux Pays-Bas. 13 cas ont été décelés chez des oiseaux sauvages en Moselle, tout comme aux Pays-Bas, qui comptent en plus un cas dans un élevage de poulets de chair.

Il n’y a pas de cas observés.
Romain Schneider

Romain Schneider,  ministre de l’Agriculture

Au Luxembourg – qui se trouve sur la route des migrations d’oiseaux –, il n’y a pas de cas observés, indique ce 5 novembre Romain Schneider , ministre de l’Agriculture (LSAP), dans une réponse à une question parlementaire posée par le député Gusty Graas  (DP). En précisant que des analyses ont été menées, tant sur des oiseaux sauvages que sur la volaille domestique. Et en n’écartant pas une apparition de la maladie au Grand-Duché.

Aucune mesure n’est actuellement prise. Le cas échéant, l’administration se retournerait vers les recettes utilisées lors du précédent épisode pandémique qui remonte à juin 2017. Des mesures uniquement préventives, car la vaccination des volailles contre la grippe aviaire est interdite au sein de l’Union européenne. À savoir l’obligation pour les éleveurs professionnels de confiner leurs animaux, ainsi que de les nourrir et de les abreuver uniquement en intérieur. En 2017, transport et exposition de volailles avaient été également interdits une semaine. Le ministre rappelle que toute volaille vivante importée doit être accompagnée d’un certificat sanitaire.

Le pays comptait en 2019 132.138 bêtes réparties dans 375 exploitations. Dont uniquement 59 élevaient plus de 50 bêtes de volailles.